Le conseiller à la réussite scolaire au CEPN, Jésus-Jérôme Lacroix, la directrice du CJPQ, Me Audrey Villeneuve, la chef aux opérations au CEPN, Barbara Gravel et la conseillère Éducation et main-d’oeuvre de Mashteuiatsh, Élizabeth Launière, participaient, vendredi, au dévoilement des dix capsules d’informations juridiques Web à Roberval.

Accès à la justice pour les jeunes du secondaire

Les jeunes étudiants francophones des Premières Nations bénéficieront de plus d’informations sur plusieurs sujets et enjeux les concernant grâce à des capsules d’informations juridiques Web. Le projet précurseur qui découle d’une collaboration entre le Conseil en éducations des Premières Nations (CEPN) et le Centre de justice de proximité de Québec (CJPQ) favorise l’accès à la justice et fournit de l’information juridique adaptée aux membres des jeunes Autochtones.

Le droit autochtone, les drogues, le consentement sexuel, les véhicules tout-terrain et l’autorité parentale font partie de la dizaine de thèmes abordés dans les capsules d’informations juridiques qui seront intégrées au curriculum scolaire des écoles secondaires francophones membres du Conseil en éducation des Premières Nations, qui représente 22 communautés de huit Premières Nations réparties aux quatre coins de la province.

Alors qu’il existe peu de projets reliés à la justice, les capsules novatrices permettront de sensibiliser les jeunes autochtones à des sujets préoccupants et, entre autres, de réduire les risques associés aux différences culturelles.

Les dix capsules présentent des thèmes pouvant être à l’origine d’ambiguïtés pour les jeunes autochtones et leur entourage. Une traduction en anglais et en cours alors que d’autres capsules devraient être créées.

« On avait le souci de transmettre de l’information juridique claire, bien vulgarisée et accessible pour les jeunes. On souhaitait surtout qu’elle soit adaptée à leur situation sociale » souligne la directrice du CJPQ, Me Audrey Villeneuve.

Les capsules, qui servent de support à l’enseignement de concepts prescrits par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, s’insèrent dans les cours de l’univers social. Des situations d’apprentissage en lien avec les capsules ont été développées. « Le projet de capsule juridique permettra de débattre et de réfléchir en salle de classe afin d’apporter une information juste et ainsi susciter la réflexion », explique la chef aux opérations au CEPN, Barbara Gravel.

Plus de capsules
Le dévoilement des capsules coïncidait avec la formation d’enseignants provenant des cinq communautés francophones. Des enseignants provenant d’écoles secondaires de Mashteuiatsh, Lac-Simon, Obedjiwan, Wemotaci et Manawan étaient de passage à Roberval afin de découvrir le nouvel outil pédagogique. Jonathan Tremblay, qui enseigne dans une école secondaire d’Obedjiwan, assure être bien emballé par le nouvel outil. Celui qui enseigne à des élèves de tous les niveaux au secondaire affirme qu’il s’agit d’une bonne idée. « Il y a des subtilités juridiques qu’on pourra mieux intégrer et mieux enseigner », affirme-t-il. Cet outil qui facilitera le travail de celui qui enseigne l’histoire, la géographie et l’éducation financière.

Le projet francophone est déjà en route vers une autre version qui sera traduite. Ainsi, un deuxième volet permettra de rejoindre les jeunes provenant des écoles anglophones qui sont membres du CEPN. D’autres capsules mettant en lumière d’autres sujets sont également prévues.