Guillaume Loiselle-Boudreau, Gabrielle Duschesne et Alexandre Ouellet sont derrière le mouvement de contestation du projet Goldboro LNG.
Guillaume Loiselle-Boudreau, Gabrielle Duschesne et Alexandre Ouellet sont derrière le mouvement de contestation du projet Goldboro LNG.

Une coalition née en Gaspésie

Coralie Beaumont
Coralie Beaumont
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’histoire de la coalition internationale anti-Pieridae (Goldboro LNG) et du collectif estrien « Goldboro, parlons-en » a commencé avec le Gaspésien Pascal Bergeron, porte-parole d’Environnement Vert Plus. « Ils sont entrés en scène dans ma vie de militant en 2017, lorsqu’ils ont fusionné avec Pétrolia », explique-t-il. Rappelons qu’en 2015, Pétrolia avait pour objectif de réaliser une barge de liquéfaction de gaz naturel dans la baie de Gaspé. « Pour moi, c’est devenu tout naturel de suivre les traces du financement de cette entreprise-là et d’aller les talonner. »