À la recherche d’une ressource permanente

L’embauche d’une ressource à temps plein devrait permettre au Conseil de gestion durable du lac Saint-Jean d’atteindre son plein potentiel. L’organisme à but non lucratif (OBNL) a été créé, dans les derniers mois, dans le but d’assurer une gestion de l’ensemble du bassin du Piékouagami, selon les principes du développement durable.

Un affichage de poste visant à recruter un coordonnateur pour le conseil, créé à la suite de l’adoption du décret 6‐2018 par le gouvernement du Québec, en janvier 2018, est en cours.

« On a besoin de personnel pour faire progresser les projets. Ce qui nous manque, c’est une permanence pour nous alimenter, pour monter les dossiers », témoigne l’un des membres du comité des parties prenantes, Luc Simard, préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine.

Selon l’offre d’emploi, « sous la responsabilité du conseil d’administration, la personne titulaire du poste assurera la permanence du Conseil de gestion durable du lac Saint-Jean ». Elle devra notamment se charger des rencontres du Conseil de gestion durable et de divers comités, soit le comité des parties prenantes, le comité technique, le comité scientifique et le comité de coordination.

Le coordonnateur devra également s’assurer de l’avancement des travaux, en plus d’effectuer le suivi des dossiers avec les représentants de Rio Tinto.

« C’est un très beau et gros défi. La personne sélectionnée alimentera les comités, en plus de toucher à divers dossiers et sujets », explique le préfet.

Celui-ci affirme que la formation scolaire des candidats est importante. Toutefois, il souligne l’importance des bonnes compétences de la personne qui héritera de la fonction.

Le port d’attache du candidat sélectionné sera aux bureaux de la MRC de Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini.

L’entrée en poste est prévue au cours du mois de février, pour une durée de trois ans, avec possibilité de renouvellement.


«  On a besoin de personnel pour faire progresser les projets. Ce qui nous manque, c’est une permanence pour nous alimenter, pour monter les dossiers.  »
Luc Simard

Divers scénarios de financement sont envisagés pour l’embauche de cette ressource permanente. Une demande d’aide financière a été déposée, et les MRC concernées pourraient également contribuer.