À la recherche de 10 000 militaires

La journée du Vendredi fou a été l’occasion, pour le Centre de recrutement des Forces armées canadiennes, détachement Chicoutimi, d’entamer sa quatrième Foire de l’emploi militaire, à Place du Royaume. L’événement se termine samedi.

Depuis juillet dernier, le Centre de recrutement compte un nouveau commandant à sa tête avec la nomination du capitaine Junior Caron, originaire de Rimouski.

En entrevue pendant que des centaines de personnes s’adonnaient au magasinage, M. Caron a expliqué que la Foire de l’emploi militaire est importante afin de rencontrer des recrues potentielles, mais aussi en termes de rayonnement auprès de la population.

Le capitaine Caron a mentionné que l’objectif des Forces armées en 2019 est de recruter 5200 militaires à temps complet et 5000 autres à temps partiel dans l’ensemble du Canada, qui auront l’opportunité d’oeuvrer dans l’un ou l’autre des 106 métiers représentés. Le centre de Chicoutimi recrute, bon an mal an, une centaine de candidats.

Le Centre de recrutement des Forces armées canadiennes, détachement Chicoutimi, a profité du Vendredi fou pour entamer sa quatrième Foire de l’emploi militaire à Place du Royaume. L’activité se termine samedi.

Il précise que le centre de recrutement n’a pas vraiment de clientèle cible, hormis les critères d’âge et la forme physique

« Un jeune qui finit son secondaire 5 et qui s’enrôle dans l’armée régulière peut poursuivre ses études tout en étant bénéficiaire d’un salaire et d’une pension pendant ses études. S’il s’enrôle pour 25 ans et étudie pendant cinq ans au collège, il ne lui reste que 20 ans à faire », explique M. Caron.

Junior Caron occupe depuis juillet dernier le poste de commandant du Centre de recrutement, détachement Chicoutimi.

Des études universitaires dans les Forces permettent d’épargner 7500 $ par année, de toucher un salaire annuel de 26 000 $ pendant les études tout en profitant une augmentation de salaire à l’obtention du diplôme.

Présente aux côtés de M. Caron, la sergente Marie-Liza Perron a ajouté que les métiers de la Marine comme mécaniciens, opérateur radar, spécialiste en communication, les métiers liés à l’artillerie, technicien de véhicules, génie des armes, etc., sont particulièrement recherchés.

Les Autochtones peuvent bénéficier d’un programme d’instruction qui leur est spécifiquement destiné. Ce programme leur permet d’avoir un avant-goût de la vie militaire en participant à un camp de six semaines sans engagement de rester dans les Forces.