Pierre Yves Côté, qui a consacré une partie de sa vie professionnelle à faire la navette entre l’Amérique du Nord et l’Asie, est maintenant de retour chez lui, à Desbiens.
Pierre Yves Côté, qui a consacré une partie de sa vie professionnelle à faire la navette entre l’Amérique du Nord et l’Asie, est maintenant de retour chez lui, à Desbiens.

À la maison après 25 ans à l’étranger

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Après avoir partagé son temps entre le Canada et les Philippines pendant près de 25 ans, Pierre Yves Côté est de retour dans sa ville natale, Desbiens, au Lac-Saint-Jean. Revenu au Québec en 2018, celui qui a oeuvré dans les affaires internationales et les plantations de café est actionnaire du projet Bistro Découverte en compagnie de deux autres partenaires, dont son épouse, Niña Magpantay.

« Le bistro, c’est plus qu’une histoire de bistro. C’est celle d’un jeune du Lac-Saint-Jean qui comme bien des gens a étudié à l’extérieur de la région et qui a travaillé à l’international. C’est un retour à mes racines. Je reviens avec ma femme et mes enfants », témoigne le père de six enfants.

M. Coté s’est intéressé à l’Asie du Sud-Est dès son baccalauréat. Cet intérêt l’aura amené à ouvrir un premier bureau aux Philippines, en 1994. Pendant plusieurs années, le Jeannois a aidé les entreprises du Québec à rayonner à l’étranger.

Il raconte avoir également participé à la mise sur pied d’une dizaine de fournisseurs de services Internet dans ce coin de la planète. « Quand Internet a commencé, il y avait une course pour savoir qui ouvrirait les premiers services Internet. J’étais aux premières lignes en Asie. J’ai ouvert les premiers services aux Philippines, en Thaïlande et en Corée du Sud pour une firme de Vancouver. Le but, c’était de savoir qui allait dominer le marché », se remémore le conseiller en investissement.

Après six mois de sabbatique, M. Côté a repris le boulot à titre de consultant pour des entreprises du Québec. Le projet de reprendre le restaurant opéré par la municipalité de Desbiens s’est ensuite présenté à lui au début de l’année 2020.

Après 15 années passées à faire le pont entre les entreprises du Québec et des partenaires asiatiques, Pierre Yves Côté a ressenti le besoin de faire autre chose. Il s’est alors tourné vers un vieux rêve : cultiver le café.

« Ma carrière était exigeante sur le plan personnel. J’étais dans les avions un jour sur deux. Je pouvais prendre l’avion 100 fois par année. J’ai décidé de changer ça. Au début des années 2000, j’ai vu des plantations de café en fleurs au Pérou. Je me disais que ça devait être amusant de se lever le matin et de voir ça. Je me suis dit que j’aimerais faire ça plus tard », témoigne-t-il.

Devant une grande demande et une faible production de café aux Philippines, Pierre Yves Côté a décidé d’aller de l’avant avec son voeu formulé dix ans plus tôt. Il a d’abord mis sur pied un service de distribution de café dans les hôtels et restaurants du pays, avant d’en produire. M. Côté dit avoir développé dix serres de 10 000 mètres carrés. De fil en aiguille, l’entreprise Rocky Mountain Cafe est devenue une référence en production de plants de café.

Le succès fut, une fois de plus, au rendez-vous pour l’homme originaire de Desbiens. En l’espace de dix ans, il aura cultivé près de 1000 hectares de plantations de café, en plus d’avoir créé des compagnies de distribution.

En 2018, après un avertissement de santé, il a fait le choix, à nouveau, de changer de vie. « La semaine, j’étais dans la capitale pour la distribution du café et la fin de semaine, j’étais dans les montagnes pour les plantations. C’était du sept jours sur sept. Je me suis brûlé. Mon docteur m’a dit : ‘‘Si tu ne changes pas d’ici six mois, tu vas péter une crise cardiaque ’’ », témoigne le passionné de la nature.

C’est à ce moment qu’il a fait le choix de revenir, pour de bon, au Québec. Malgré plus de 25 années passées à l’étranger, Pierre Yves Côté n’a jamais réellement délaissé la région. Chaque été, il passait deux mois au Lac-Saint-Jean en plus de revenir un mois pendant l’hiver.

DIFFÉRENTS CONCEPTS DE RESTAURATION

Desbiens accueille un tout nouveau complexe culinaire qui propose différents concepts de restauration, de la fine cuisine aux grillades en passant par les déjeuners santé. Les clients pourront, dès le 6 août, découvrir le projet qui s’installe dans le bâtiment municipal et qui fait revivre l’espace qu’occupait le Resto Lounge et la Zone extrême. 

L’investissement initial des actionnaires, le couple formé de Pierre Yves Côté et de Niña Magpantay, ainsi que le chef Simon Côté, s’élève à 100 000 $. La CIDAL et la SADC ont également contribué au projet. De plus, le trio a signé une entente avec la Ville de Desbiens afin d’opérer l’espace pour les cinq prochaines années. 

Pierre Yves Côté explique que le complexe culinaire permet à sa femme d’avoir un projet qui l’occupe. Celle qui gérait une usine de production de café de 100 employés aux Philippines a clairement indiqué son désir de travailler en venant s’installer au Québec. Le couple réside à Desbiens depuis deux ans.

L’objectif est clair pour Pierre Yves Côté : amener la clientèle à un autre niveau, à un prix qui demeure abordable. Ainsi, il assure avoir été charmé par la créativité et la passion du chef Simon Côté, et ce, dès leur première rencontre

L’investissement du projet piloté par Simon Côté, Pierre Yves Côté et Niña Magpantay s’élève à 100 000 $.

Le concept de l’El Lobo – Le Loup, en français – mettra en valeur les produits régionaux à travers une fine cuisine. « On s’est dit que Desbiens, c’est ni Chicoutimi, ni Québec et ni Montréal. Ça prend un restaurant qui sort de l’ordinaire pour attirer les gens à venir ici. On vit dans une région fantastique. On est, le Lac-Saint-Jean, un centre de productions agroalimentaires extraordinaire pour l’ensemble du Québec. Ces produits, il faut les mettre en vedette », fait valoir M. Côté. 

Les clients pourront s’y présenter sur réservation du mercredi au samedi. 

Le restaurant El Lobo présente une fresque peinte par l’un des six enfants de Pierre Yves Côté, son garçon de 14 ans.

Les touristes et les résidants retrouveront des grillades, dont beaucoup de fruits de mer, qu’ils pourront déguster sur la terrasse, laquelle offre une vue imprenable sur le lac Saint-Jean. L’actionnaire promet une ambiance festive et musicale du jeudi au dimanche. 

Le Bistro Découverte permettra, quant à lui, de fournir une offre de déjeuners santé, tout en laissant place aux demandes plus conventionnelles des clients. 

Le trio d’actionnaires ne chômera pas : un autre élément du concept s’attardera à la cuisine expérimentale. Cette division développera de nouveaux produits dans l’objectif de les commercialiser.

À quelques jours d’accueillir les premiers clients, Pierre Yves Côté et ses associés planchent déjà sur une deuxième phase pour le complexe. 

Le Bistro Découverte s’installe dans l’espace qui accueillait autrefois le Resto lounge et la Zone extrême. Le restaurant à but non lucratif était géré par la Corporation des loisirs de Desbiens.