Charles Cantin, David Asselin, Julien Boulianne et Jérémie Asselin entreprendront l’ascension de l’Elbrouz lundi. Si tout va bien, ils atteindront le sommet en sept jours.

À la conquête de l’Elbrouz

Au moment où vous lisez ces lignes, les aventuriers du Sommet pour l’enfance et la jeunesse sont quelque part dans les airs, entre le Québec et la Russie. Lundi, Charles Cantin, Julien Boulianne, David Asselin et Jérémie Boivin entreprendront l’ascension de l’Elbrouz, le plus haut sommet d’Europe. Les quatre hommes se mesureront aux 5642 mètres de la montagne et à ses températures particulièrement froides. S’ils se sont lancé ce défi, c’est pour soutenir les jeunes vivant en centre jeunesse ou en famille d’accueil, une cause qui les touche droit au coeur.

Ce ne sera pas le premier périple en montagne pour les quatre hommes. Les avocats Charles Cantin et Julien Boulianne avaient gravi le Kilimandjaro il y a deux ans, encore pour la Fondation pour l’enfance et la jeunesse, tandis que les ingénieurs David Asselin et Jérémie Boivin avaient fait une expédition en montagne au Pérou en 2017.

Joints quelques heures avant leur vol vers la Russie, les quatre aventuriers se sont dits prêts à affronter la montagne du Caucase. Ils se sont préparés chacun à leur façon, afin d’être en forme physiquement et psychologiquement.

Jérémie Boivin, qui travaille comme ingénieur dans le Labrador, s’est beaucoup entraîné en course à pied durant les derniers mois. L’homme de 27 ans, qui est le cadet du quatuor, a également complété une randonnée de 60 kilomètres dans la région de Manicouagan. « Je sais que j’ai une bonne réponse à l’altitude, puisque je l’ai expérimenté au Pérou, mais on ne sait jamais ce qui peut se passer », a affirmé le jeune homme.

De son côté, David Asselin a gravi les montagnes régionales, tout en s’entraînant à la course, à la natation et à la marche. « Notre plus grand ennemi sera l’altitude et nous aurons aussi à combattre le froid. Je me suis beaucoup entraîné à la raquette et à la marche durant l’hiver et le printemps », a expliqué Julien Boulianne.

Pour l’aîné du groupe, Charles Cantin, ce genre de défi change complètement son mode de vie. « Je ne cacherai pas que lorsque je ne m’entraîne pas pour ce genre de choses, je ne prêche pas par l’exemple concernant mon mode de vie ! Je ne suis carrément pas en forme habituellement, disons », a confié Charles Cantin, qui est âgé de 54 ans. L’homme s’est entraîné dur au cours des dernières semaines, de cinq à six jours hebdomadairement. Il a entre autres passé plusieurs heures au mont Fortin, où l’inclinaison des pentes s’apparente à la montée de l’Elbrouz.

L’Elbrouz est situé en Russie.

Le criminaliste bien connu a perdu quelque 25 livres au cours des derniers mois.

Les quatre hommes étaient fébriles, à quelques jours de l’ascension, qui devrait leur prendre sept jours, si tout va bien. « C’est possible qu’on vive l’enfer, comme c’est possible que ce soit facile. Notons que la descente ne prend que quelques heures », a souligné Charles Cantin. « Nous sommes prêts. On a tout fait pour réussir et on est bien préparé », a ajouté David Asselin.

Le quatuor montait dans l’avion vendredi soir et il devrait atterrir à Moscou dans la nuit de samedi à dimanche. Dès lundi, il sera au pied de l’Elbrouz et débutera sa route vers le sommet.

S’ils ont décidé de s’impliquer de la sorte, c’est pour amasser des sous pour la Fondation pour l’enfance et la jeunesse, qui soutient les jeunes en centre jeunesse et en famille d’accueil.

Notons que 100 % de l’argent est remis à la fondation. Les quatre aventuriers paient leur voyage de leur poche.

« La jeunesse, c’est notre avenir. Certains ne l’ont pas aussi facile que d’autres. Lorsqu’on rencontre ces jeunes, ils nous remercient de nous impliquer. Ils nous disent que grâce à la fondation, ils ont pu s’inscrire à un cours de danse ou de conduite, par exemple. La fondation a un impact direct auprès de ces jeunes », a expliqué Julien Boulianne.

Déjà, les hommes ont amassé près de 25 000 $, mais ils espèrent atteindre leur objectif fixé à 30 000 $. Il est toujours possible de contribuer à l’aventure en visitant la page Facebook ou le site du Sommet pour l’enfance et la jeunesse.

Durant le parcours, les aventuriers devraient donner de leur nouvelle via les médias sociaux. Mais après 5000 mètres, Internet ne sera plus accessible. Et tout ce qu’auront en tête les explorateurs à ce moment, c’est d’atteindre le plus haut sommet d’Europe.

+

L'ELBROUZ

L’Elbrouz, situé dans le nord du Caucase, en Russie, est le point culminant de cette chaîne de montagnes. Avec ses 5642 mètres, il est le plus haut sommet de l’Europe. Il s’agit d’un volcan ayant connu des éruptions jusqu’au début de notre ère. Il est recouvert de nombreux glaciers et, même si l’ascension est techniquement facile et dispose de moyens mécaniques sur l’itinéraire principal, il reste difficile d’accès en raison de ses conditions climatiques rigoureuses et changeantes. Ainsi, le point culminant n’est vaincu qu’en 1874 et la montagne, devenue un symbole de conquête, a fait de nombreux morts.