Patrick Courtois, du Pekuakamiulnuatsh Takuhikan, la ministre Andrée Laforest, la directrice générale de la SDEI, Caroline Bouchard, la députée de la CAQ dans Roberval, Nancy Guillemette, et le préfet de la MRC du Domaine-du-Roy et maire de Saint-Prime, Lucien Boivin, étaient présents à l’annonce, lundi matin.

97 000 $ pour promouvoir un guide

La Société de développement économique Ilnu (SEDI) de Mashteuiatsh reçoit 97 000 $ pour promouvoir et adapter un guide visant à favoriser des partenariats d’affaires entre la communauté et le milieu régional. L’annonce a été faite lundi matin par la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation du territoire, Andrée Laforest.

Ce montant, qui provient du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR), servira principalement à faire connaître le guide, mis en place en 2017, auprès des différents partenaires.

« Le guide existe depuis 2017, mais il n’y a pas eu de promotion comme telle. J’étais sur le comité FARR et j’ai vu les projets discutés. On a eu une demande pour promouvoir le guide. Pourquoi le promouvoir ? C’est justement pour avoir de bonnes pratiques entre les entrepreneurs, les organismes et les communautés autochtones. Le but, c’est de relier les allochtones et les autochtones pour les futurs projets et les futurs développements ici en région », a précisé Mme Laforest en marge de la conférence de presse.

Le guide contient toutes les bonnes pratiques visant à favoriser les bonnes relations d’affaires. Il guide les partenaires vers de bonnes structures, vers les bons organismes et les bonnes ressources, etc.

Comme ministre de la région, Mme Laforest assure avoir comme but premier de toujours relier les communautés et travailler en équipe pour les projets futurs.

Le conseiller délégué à l’économie et aux relations avec la grande entreprise pour Pekuakamiulnuatsh Takuhikan, Patrick Courtois, aimerait que les différents partenaires prennent exemple sur les projets qui ont bien fonctionné, comme Péribonka IV.

« Le projet a eu des retombées de 125 millions $ pour le milieu régional et pour notre Première Nation. Il y a des partenariats gagnants-gagnants qui se sont faits là. À l’échelle communautaire ou publique, on peut aussi prendre comme exemple le partenariat dans la Société d’énergie communautaire où on est copropriétaire de deux barrages hydroélectriques avec la MRC et qui amène quand même de belles retombées pour la région et le milieu, de gros revenus. C’est un autre exemple de partenariat très gagnant qui mérite d’être diffusé. Avant, on se tenait à l’écart volontairement et la région faisait la même chose. Depuis quelques années, on s’est assis ensemble autour des mêmes tables et on a compris que c’est vers là que le développement doit aller », souligne M. Courtois.

Ce dernier ajoute que l’accès au fonds de capital de risque et au financement est difficile pour les entrepreneurs. Selon lui, comme de grosses mises de fonds sont nécessaires, « ça prend des cautionnements, des garanties de prêts qui doivent être assurées par des tiers partis. Ça met un frein à l‘économie. Donc, avec des partenariats gagnants-gagnants, un transfert d’expertise peut être fait ».

De son côté, la directrice générale de la SDEI, Caroline Bouchard, explique que la démarche ira aussi vers la formation d’accompagnateurs et d’intervenants de première ligne pour que les différents partenaires soient bien entourés. « Ensemble, on peut régler le problème de main-d’œuvre pour une entreprise ou du financement pour une autre. Pour ça, il faut avoir de bons accompagnateurs pour les suivre », expliqué Mme Bouchard.

L’annonce s’est notamment faite en présence des députés de la CAQ, Nancy Guillemette et Eric Girard, de Lucien Boivin, maire de Saint-Prime et préfet de la MRC du Domaine-du-Roy, et de Denis Taillon, représentant de la région pour les négociations de l’Approche commune.