90 jours de prison pour trafic de drogue pour Sylvain Lahaie

TROIS-RIVIÈRES — Sylvain Lahaie, l’un des individus arrêtés dans le cadre du projet Ouest qui visait des motards criminalisés de la région, devra purger 90 jours de prison discontinue pour avoir fait le trafic de stupéfiants.

Cette peine de prison qui lui a été imposée, lundi, par le juge David Bouchard vient s’ajouter à l’équivalent de quatre mois qu’il a déjà purgés en temps préventif.

La preuve a révélé que Sylvain Lahaie travaillait pour le compte des Deimos Crew à titre de «courrier». Il approvisionnait notamment les vendeurs de cocaïne et de méthamphétamines et remettait ensuite l’argent à un responsable de l’organisation, Stéphane Denis. Ce dernier a d’ailleurs été condamné à une peine de 39 mois de prison.

Ils avaient tous été arrêtés le 31 mai 2017 lors d’une frappe contre les Deimos Crew. Selon ce que l’avocat de Sylvain Lahaie a plaidé, ce dernier se trouvait à l’époque dans une situation financière précaire et souffrait de troubles d’anxiété. C’est l’appât du gain qui l’aurait incité à se livrer au trafic de stupéfiants pendant plusieurs mois pour le compte des motards.

Le procureur de la Couronne, Me Julien Beauchamp-Laliberté, avait réclamé une peine de deux ans de prison en insistant sur la gravité des infractions commises, la quantité de drogue trafiquée, sur ses valeurs criminelles et son peu de crédibilité.

L’avocat de la défense avait plutôt suggéré une sentence suspendue en invoquant de son côté la réhabilitation entreprise par son client. Âgé de 38 ans, celui-ci occupe aujourd’hui un emploi, fait du bénévolat, bénéficie d’un suivi psychologique, il est repentant et il n’a aucun antécédents judiciaires.

Outre les 90 jours de prison, il devra respecter plusieurs interdictions dont celles de ne pas être en présence de motards criminalisés et d’individus ayant des antécédents judiciaires. Il n’aura pas le droit non plus de porter les insignes des groupes de motards criminalisés.