85% des chirurgies reportées en avril au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Plus de 85% des chirurgies n’ont pas pu avoir lieu pendant le mois d’avril au Saguenay-Lac-Saint-Jean en raison de la crise sanitaire. Les quelque 1400 interventions reportées devront être absorbées dans les prochains mois, alors que les activités des blocs opératoires de la région, qui ont repris à 70%, doivent encore augmenter.

Un total de 232 chirurgies ont eu lieu dans la région du 1er au 25 avril, comparativement à 1672 lors de la même période l’an dernier, a indiqué le Dr Hans McLelland, chef du département régional de chirurgie. Ce sont donc un peu plus 1440 chirurgies qui n’ont pu être réalisées, par rapport à une période normale.

Les interventions se sont limitées aux chirurgies essentielles pendant cette période. «Les chirurgies oncologiques, les cas de cancer, les chirurgies urgentes et semi-urgentes ont été faites. Mais ce qu’on dit électif, non urgent, c’est ça qu’on a déplacé», a précisé le neurochirurgien, en entrevue avec Le Quotidien. Quelques mois seront ainsi nécessaires avant de pouvoir absorber le volume de chirurgies retardées.

Les équipes des blocs opératoires mettent actuellement les bouchées doubles afin d’assurer la reprise des activités, qui ont pu reprendre à 70% il y a environ une dizaine de jours. «On espère pouvoir travailler au maximum possible – sûrement pas à 100% cet été –, mais de garder un bon rythme pour pouvoir servir nos malades», a souligné le Dr McLelland, qui insiste sur l’importance de «faire vite et bien, mais surtout bien».

La possibilité d’une deuxième vague de COVID-19, la disponibilité du personnel soignant en raison de la période des vacances cet été, l’accès à des médicaments sédatifs et anesthésiques ainsi qu’au matériel de protection, qui n’est pas problématique actuellement, pourraient cependant avoir des effets négatifs sur la reprise des activités des blocs opératoires dans les prochains mois.

La reprise des examens d’imagerie médicale et en endoscopie amènera également un lot de nouveaux cas sur la liste d’attente.

Priorisation des cas

Un comité régional de surveillance évalue les patients en attente d’une chirurgie afin de prioriser les cas les plus urgents. Il s’agit d’un travail d’équipe, a tenu à souligner le Dr McLelland, qui compte sur l’apport d’un chirurgien, d’un anesthésiste, d’un gynécologue et de gestionnaires du personnel. Des comités locaux dans chacun des hôpitaux de la région évaluent également la situation.

L’activité chirurgicale est gérée quotidiennement par ces équipes qui s’assurent que «le bon patient est opéré au bon moment». Le chef du département régional estime que les mailles de ce «filet de sécurité» seront assez serrées pour qu’un dossier n’échappe pas aux équipes.

Sept salles du bloc opératoire sont actuellement en fonction à l’hôpital de Chicoutimi, alors que leur nombre avait été diminué à trois pendant la période de crise.

Le Dr Hans McLelland, neurochirugien, est chef du département régional de chirurgie au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

+

LES LISTES LES PLUS IMPORTANTES EN OPHTALMOLOGIE ET EN ORTHOPÉDIE

Les listes d’attente les plus importantes au Saguenay-Lac-Saint-Jean demeurent celles des chirurgies ophtalmologiques et orthopédiques.

Les équipes doivent redoubler de prudence pour ces interventions, qui concernent en majorité des patients âgés et vulnérables à la COVID-19.

«On ne veut pas qu’ils viennent se contaminer à l’hôpital. Les gens ont beaucoup de craintes aussi», a constaté le Dr Hans McLelland.

Les mesures de distanciation sociale nécessaires mises en place, notamment la diminution du nombre de patients en salle d’attente, réduisent inévitablement le roulement des blocs opératoires. Le dégagement de lits pour accueillir les hospitalisations liées à la COVID-19 diminue aussi actuellement les lits dédiés aux soins postopératoires et en réadaptation.

Au début la semaine, la ministre de la Santé Danielle McCann a évalué le nombre de chirurgies reportées à plus de 68 000 à travers la province, lorsqu’elle a annoncé la reprise des chirurgies non urgentes.