80 M$ pour l'amphithéâtre à Saguenay

La construction d’un amphithéâtre multifonctionnel sur le site de l’ancienne zone ferroviaire, au centre-ville de Chicoutimi, nécessiterait un investissement de près de 80 millions $. Pour réaliser le projet à un coût jugé raisonnable, Saguenay doit obtenir au moins l’équivalent de la moitié de la facture en subventions gouvernementales.

Mardi midi, la mairesse de Saguenay, Josée Néron, a levé le voile sur l’Amphithéâtre +, qui consiste en la création d’un aréna de 5000 places pouvant servir de salle de spectacle « à grand déploiement ». Le projet, tel que présenté par la première magistrate, est notamment doté d’un marché public interculturel, d’une place des festivals et d’une scène extérieure permanente. La mairesse Néron a choisi d’abord de présenter les esquisses et le montage financier aux membres de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, à l’occasion d’un dîner-conférence tenu à l’hôtel Le Montagnais. La présentation était ouverte à tous les citoyens qui désiraient se procurer un billet. Elle sera diffusée à la télévision pour que l’ensemble de la population puisse la visionner. 

Manifestement emballée par ce projet qui, s’il obtient le financement nécessaire et l’aval de la population, marquera sans contredit son passage à l’hôtel de ville, Josée Néron a offert une visite 360 degrés d’Amphithéâtre + sur grand écran. Le document a été réalisé par Ardoise, la firme d’architectes au dossier. D’emblée, elle a signifié qu’il y a là « bien plus qu’un simple aréna », mais un complexe d’envergure qui permettra à Saguenay d’accueillir des événements sportifs et culturels majeurs. L’amphithéâtre, construit sur trois étages, deviendrait la nouvelle maison des Saguenéens de Chicoutimi. C’est sur la nouvelle glace qu’évoluerait l’équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Les bureaux de la direction seraient aussi installés dans le même immeuble, tout comme ceux de certains services administratifs de la Ville. Les halles de la Zone portuaire, condamnées cet été en raison de leur vétusté, y trouveraient refuge. L’autogare du Havre, dont la fin de vie est prévue en 2021, serait démolie. Un nouveau stationnement de quatre étages doté d’un toit vert et pouvant accueillir 703 voitures la remplacerait. Il s’agit en fait d’un élément qui figure au cœur de l’Amphithéâtre +.

« Nous n’aurons plus rien à envier aux autres villes », a signifié la mairesse Néron qui, tout au long de sa présentation, a parlé de l’Amphithéâtre + au futur simple et non au conditionnel.

La mairesse Josée Néron croit dur comme fer en la pertinence du projet Amphithéâtre +, dont les coûts de construction sont estimés à 80 millions $.

Deux bâtisses

Le complexe se déclinerait sur deux bâtisses au centre desquelles un espace pourrait servir à un investisseur souhaitant y construire des bureaux, un motel ou des condominiums. Josée Néron veut y générer de l’activité sportive, culturelle et économique. Elle croit que l’aménagement d’une passerelle piétonnière reliant la rue Racine à la Zone portuaire viendrait régler les problèmes de sécurité relatifs à la traverse du boulevard du Saguenay, tout en créant une synergie et un dynamisme au centre-ville. Il faut rappeler que les esquisses initiales de la Place du citoyen, une réalisation de l’ex-maire Jean Tremblay, comportaient aussi une passerelle. Cet élément a toutefois été retranché pour des raisons financières.