Les travaux effectués autour de la rivière Petite Décharge pour des raisons de sécurité répondent également au souci de développement durable et d’embellissement de la ville d’Alma.

5,6M$ pour la rivière Petite Décharge

Deux décennies se seront écoulées avant la concrétisation du projet d’aménagement et de mise en valeur de la rivière Petite Décharge d’Alma. Le projet évalué à près de 5 600 000$ devrait être complété d’ici l’été 2021.

Des raisons de sécurité sont à l’origine de ce chantier qui bonifiera le coup d’oeil du centre-ville d’Alma. Une expertise technique a notamment permis d’identifier des fissures au mur de soutènement sud.

« Il est impératif que le projet se concrétise à court terme. Les expertises démontrent que les murs se dégradent. C’est une question de sécurité. La Ville doit démontrer sa responsabilité et être proactive dans le dossier », a mentionné, lors de la conférence de presse, le maire d’Alma, Marc Asselin.

Le maire Marc Asselin et le conseiller municipal Frédéric Tremblay ont dévoilé, lundi, les grandes lignes du projet d’aménagement et de mise en valeur de la rivière Petite Décharge.

Le projet d’aménagement et de mise en valeur de la rivière qui traverse la ville prendra place sur une distance de 700 mètres entre le pont Saint-Joseph et le pont Carcajou. La consolidation des murs nord et sud sera réalisée notamment grâce à un perré de roches auquel une bande de végétation sera ajoutée.

Les quatre réservoirs seront reconstruits afin de maintenir un niveau minimum de l’eau en période d’étiage. Cette modification devrait même permettre la venue de nouvelles espèces d’oiseaux et de plantes indigènes. Le maire Marc Asselin assure qu’un maximum de béton sera retiré de la rivière.

L’immense chantier permettra l’ajout d’un sentier piétonnier et d’une piste cyclable sur la rive gauche, de réaliser de l’aménagement paysager ainsi que l’installation d’une nouvelle clôture. Le parc canin qui se retrouve en plein coeur des travaux sera déplacé sur la rive sud et bonifié. Un réaménagement attend également le parc Sauvé.

Le projet était grandement attendu par plusieurs personnes, dont le conseiller municipal Frédéric Tremblay qui y travaille depuis 16 ans. Celui-ci a d’ailleurs participé à des séances de consultation publique avant même d’être élu.

« C’est un projet qui consiste à remettre en valeur cette rivière, à la renaturaliser. Ce sera une rivière qui sera plus agréable au regard. [...] C’est l’un des premiers mandats qui m’a été confié, il y a 16 ans. C’est un mandat qui me tient à coeur et qui permettra de donner une belle dynamique un cadre naturel au centre-ville. Il y avait une mode, dans les années 60, d’encadrer les rivières dans le béton. La mode n’est plus là. On règle les problématiques de sécurité avec un projet intéressant au niveau esthétique et au niveau environnemental », a-t-il expliqué au Quotidien.

Les travaux effectués autour de la rivière Petite Décharge pour des raisons de sécurité répondent également au souci de développement durable et d’embellissement de la ville d’Alma.

Échéanciers

Le chantier qui modifiera le visage du centre-ville almatois devrait s’échelonner pendant deux ans, dont la première moitié sera dédiée aux travaux en rivière. L’appel d’offres devrait être lancé le 21 août prochain alors que les premiers contrats devraient être attribués dès les premiers jours du mois d’octobre. Les travaux devraient ainsi débuter officiellement le 25 novembre en vue d’être réalisés avant la prochaine crue printanière, soit avant la fin mars 2020. Les travaux connexes seront ensuite complétés jusqu’à l’été 2021. Rappelons que l’échéancier présenté est conditionnel à l’obtention des autorisations gouvernementales.

Le conseil municipal d’Alma fait, pour l’instant, cavalier seul dans ce dossier. Celui-ci a déposé un projet de règlement d’emprunt visant à couvrir les frais du projet qui s’élève à 5 594 000$ lors de la séance ordinaire du conseil municipal de lundi. La Ville d’Alma compte payer comptant la moitié du montant. « Je pense souvent aux gestionnaires dans ce dossier. Il a fallu travailler d’une manière importante au budget pour dégager les sommes importantes pour faire face au projet. Pour le moment, nous sommes seuls à le lancer. Je suis convaincu qu’on devrait trouver des partenaires. C’est un dossier, je dirais, aussi ‘‘sexy’’ que le dossier des drones », a mentionné le maire d’Alma. Celui-ci a rappelé que le projet n’aura aucune incidence sur le compte de taxes des contribuables.

La loi oblige la tenue d’un règlement d’emprunt qui aura lieu les 16,17 et 18 septembre de 9h à 19h à l’hôtel de ville d’Alma.