Le porte-parole de PFR, Karl Blackburn, affirme que l’entreprise s’est mise en mode solution pour répondre à la pénurie de main-d’oeuvre.

500 embauches en 16 mois chez PFR

Malgré l’embauche de près de 500 personnes au Saguenay–Lac-Saint-Jean depuis le début de l’année 2018, encore 100 postes sont disponibles au sein des installations de Produits forestiers Résolu (PFR). Un plan d’action appliqué sur plusieurs années permet de pallier les difficultés de recrutement.

Force est d’admettre que PFR s’est mis en mode solution pour répondre à la pénurie de la main-d’œuvre. « Si une personne n’a pas la formation précise pour un type d’emploi, nous offrons une formation qui la fera grandir. Ça prend de la bonne volonté avec une bonne attitude. On peut accompagner la personne pour l’amener au niveau de formation et de connaissances requises. On ne ménage aucun effort pour y arriver », souligne le porte-parole de PFR, Karl Blackburn.

La rareté des techniciens en instrumentation et contrôle a amené l’entreprise à développer un partenariat avec le Cégep de Saint-Félicien. L’an dernier, des représentants se sont rendus en France afin de rencontrer des jeunes intéressés par un travail et par une vie au Québec. 

Ceux-ci ont pu découvrir la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, les installations de PFR ainsi que le Cégep de Saint-Félicien. Parmi les 18 étudiants inscrits à la nouvelle attestation d’études collégiales développée au Cégep de Saint-Félicien en partenariat avec Produits forestiers Résolu, 13 proviennent de la France. Le porte-parole de PFR qualifie cette initiative de « gagnante pour tous ».

Une autre visite est prévue en France, au cours des prochains jours. Cette fois, les travailleurs expérimentés seront ciblés par la démarche de recrutement. « En collaboration avec Québec International, on leur offrira la possibilité de venir au Québec, de compléter une mise à jour de leur formation et d’obtenir un emploi de qualité », explique Karl Blackburn.

Les démarches faites auprès de travailleurs immigrants résidant dans la région de Montréal fournissent également de bons résultats à PFR. Plusieurs travailleurs africains sont en poste dans une installation de la Mauricie.

La stratégie de recrutement ciblé auprès des femmes semble avoir aussi porté ses fruits, alors que la main-d’œuvre féminine est plus présente au sein des usines. M. Blackburn rappelle qu’aucun poste ne peut pas être occupé par une femme.

Comme c’est le cas dans plusieurs entreprises, la solution à la pénurie de la main-d’œuvre est une équation complexe qui implique plusieurs parties. 

« On met beaucoup d’efforts pour obtenir des résultats, et ça porte ses fruits. On s’est retroussé les manches et on s’est mis en action. On s’est donné un plan d’action concret qui permet de s’ajuster rapidement », conclut Karl Blackburn, qui rappelle que les emplois offerts sont de qualité, bien rémunérés et dans des endroits sécuritaires.