Grâce au financement du RLS, Kayak Saguenay a pu offrir sept formations d’initiation au kayak de rivière à prix modiques, cet été, dont trois formations gratuites pour les moins de 10 ans.

45 projets de plein air en deux ans

Il y a deux ans, le Regroupement loisir et sport du Saguenay-Lac-Saint-Jean (RLS Saglac) a hérité du mandat de développer le plein air dans la région. Depuis ce temps, l’organisme a soutenu 45 projets régionaux tout en rédigeant un plan d’action pour bonifier l’offre de service.

En 2016, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur a déposé un nouveau programme de financement des Unités régionales de services (PAFURS), qui a changé le rôle des organisations régionales comme le RLS Saglac, en ajoutant un volet plein air à leur mission. Grâce aux sommes gouvernementales reçues, le RLS a embauché une ressource à plein temps, l’agent de développement du plein air Sven Kaminski, pour s’occuper du dossier. 

« On a désormais le mandat de rédiger un plan d’action et de développer une offre de service régionale en plein air », a expliqué ce dernier lors du Forum Plein air 2018 tenu par le Regroupement des unités régionales loisir et sport du Québec, au Lac-Delage, mardi. 

Pour présenter un plan représentatif des besoins du milieu, le RLS a tenu un sondage, rejoignant 472 répondants, ainsi qu’une consultation publique, avec des adeptes et des décideurs du milieu, afin de connaître les besoins et les obstacles à la pratique du plein air dans la région. 

Avec l’aide d’un comité d’experts régional, le plan d’action sur cinq ans a récemment été complété et sera présenté officiellement le 23 novembre prochain lors de la rencontre des membres du RLS à l’hôtel Delta, à Jonquière. 

« Dans le plan, on va retrouver des outils de soutien et de formation pour favoriser la pratique du plein air dans les écoles, et des manières de soutenir le bénévolat, note Sven Kaminski. On a aussi le désir de s’impliquer dans les plans d’aménagement des territoires pour que le plein air soit introduit dans les prévisions. On souhaite aussi augmenter la formation de personnes compétentes pour qu’elles fassent la promotion et la diffusion de différentes activités de plein air. Finalement, on veut aider les gens à trouver plus facilement où pratiquer des activités de plein air. »

De plus, le RLS est aussi devenu la courroie de transmission de divers programmes gouvernementaux. Par exemple, Sven Kaminski a pu aiguiller plusieurs organisations régionales lors de la présentation de projets dans le cadre du programme visant l’amélioration et la mise à niveau des sentiers et sites de pratique d’activités de plein air (PSPPA), doté d’une enveloppe de six millions de dollars sur trois ans. L’aide financière, destinée aux OBNL, aux entreprises d’économie ou aux municipalités et MRC de 100 000 habitants et moins, peut atteindre 150 000 $. La date limite pour soumettre une demande est le 12 novembre.

+

DES IDÉES INSPIRANTES DANS LA RÉGION

Parc de vélos pour les écoles

Grâce au soutien financier du RLS, la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean a fait l’acquisition de 12 vélos de montagne, en plus de dénicher 12 vélos supplémentaires avec l’aide du Centre de gestion des déplacements du Saguenay–Lac-Saint-Jean (CADUS). Le parc de vélos se déplace dans les différentes écoles pour faire bouger les étudiants. 

Traversée du lac Saint-Jean en kiteski

Pour faire découvrir de nouveaux sports, le RLS finance aussi des événements, comme ce fut le cas lors de l’organisation de la première traversée du lac Saint-Jean en ski-voile, organisée par le Club de kiteski Domaine-du-Roy et Progression Kite à l’hiver 2017.

Sentier pédestre sur la zec des Passes

Les zecs et les pourvoiries investissent de plus en plus dans le développement d’activités de plein air pour diversifier leur offre. À l’été 2018, la zec des Passes a profité d’un des programmes du RLS pour développer un nouveau sentier pédestre d’un kilomètre, longeant la rivière Alex, venant ainsi bonifier l’offre dans le secteur. 

Développer le ski hors-piste

Le ski hors-piste gagne en popularité dans la région. Et le RLS fait partie des acteurs qui aident à développer de nouveaux secteurs, car l’organisme a participé au financement pour ouvrir des pistes au Mont-Lac-Vert et au Mont-Édouard. 

Plus de sentiers hivernaux au Centre Bec-Scie

Le RLS a participé au financement pour sécuriser un pont, élargir un sentier pour la pratique du ski de fond, dans le cadre du programme Jack Rabbit, destiné aux jeunes, et pour élaguer 35 km de sentier de ski de fond et de raquette au Centre Bec-Scie à La Baie. 

Unité mobile de kayak de rivière

Pour faire connaître le kayak, il faut le bon équipement et le bon instructeur. Et il faut aussi transporter tout cet équipement. Grâce au financement du RLS, Kayak Saguenay a pu offrir sept formations d’initiation au kayak de rivière à prix modiques, cet été, dont trois formations gratuites pour les moins de 10 ans.

Découvrir la voile

Dans le cadre du volet « découverte » RLS, le club de voile de Shipshaw a reçu du financement pour offrir des séances d’initiation gratuitement à la population. 

Cliniques de BMX

Des cliniques d’initiation au BMX au « pump track » de Chicoutimi ont aussi été financées par le RLS. 

+

DES PROJETS INSPIRANTS PARTOUT AU QUÉBEC

Le Regroupement des unités régionales loisir et sport du Québec tenait le Forum Plein air 2018 au Lac-Delage mardi afin de proposer des solutions au déficit plein air chez les jeunes. Voici quelques projets concrets en cours dans différentes régions du Québec.

Un guichet plein air unique

Loisir et Sport Abitibi-Témiscamingue s’est associé avec Tourisme Abitibi-Témiscamingue pour développer un site Web (www.accespleinair.org) regroupant tous les sites de pratiques des activités de plein air, facilitant ainsi la recherche pour les citoyens et les touristes. 

Des projets de prêts de matériel

Les regroupements de loisir et sport de l’Outaouais et de la Montérégie ont développé un projet commun de prêt de matériel de plein air pour favoriser la pratique du camping à l’école. Chaque région a ainsi acheté tout le matériel (tentes, matelas, gamelles, brûleurs, etc.) pour au moins une classe de 30 personnes. Le matériel a servi à tester l’initiative lors d’un projet pilote au Parc national de Plaisance, en Outaouais, où une soixantaine de jeunes ont vécu une expérience de trois jours dans la nature. Le matériel camping est disponible gratuitement pour toutes les écoles des deux régions. Un projet similaire a aussi été réalisé au Bas-Saint-Laurent et dans Chaudière-Appalaches. 

Des classes en pleine nature

On retrouve désormais une trentaine de classes aménagées en pleine nature dans les écoles du Québec et l’idée fait boule de neige alors que le ministère de l’Éducation s’apprête d’ailleurs à déposer un guide d’aménagement des classes extérieures. Entre autres outils éducatifs, on retrouve des jardins de lecture, des théâtres extérieurs, des cabanes à oiseaux et des hôtels à insectes, des potagers, des stations météorologiques, des poulaillers, des cadrans solaires et autres. Au Saguenay, l’école primaire de Saint-Félix-d’Otis est un des pionniers de l’apprentissage en plein air au Québec. 

Une coop pour amener les jeunes dans le bois

Mise en place en 2014, la Coop Enfant Nature travaille avec neuf écoles et cinq CPE pour amener les jeunes en plein air. Le but : miser sur le jeu libre et créatif en utilisant une approche d’éducation expérientielle en plein air en interaction avec la nature. La coopérative rejoint désormais jusqu’à 600 jeunes par mois.

Un programme plein air couronné de succès

Dans le cadre d’un projet-pilote, 11 écoles ont participé au Programme des écoles en plein air dans quatre régions du Québec. Le financement initial de 34 000 $ offert par le gouvernement du Québec a été bonifié de 63 000 $ avec le soutien des écoles, des parents et de diverses subventions. Ces sommes ont servi à acheter des vélos, du matériel de camping, des GPS permettant à plus de 300 jeunes de découvrir de nouvelles activités de plein air à l’école. Le projet est voué à prendre de l’ampleur dans toutes les régions au cours des prochaines années. 

Rendre le plein air accessible aux personnes handicapées

L’Association québécoise pour le loisir des personnes handicapées fait la tournée des régions du Québec, sur demande, pour faire connaître les équipements disponibles à la pratique sportive pour les personnes handicapées. Dans leur caravane, on retrouve entre autres un kayak de mer adapté, des skis pour fauteuils roulants, un tapis d’accès pour les plages ainsi qu’une chaise adaptée pour la course. À Sherbrooke, le club de course local a d’ailleurs conclu un partenariat pour amener des aînés dans ces chaises adaptées lors de leurs sessions de course.