40,5 M$ pour deux projets majeurs

Les élus de Saguenay ont franchi une étape dans deux projets majeurs avec l’adoption de règlements d’emprunt totalisant 40,5 M $ pour la réfection du terminal aéroportuaire de Bagotville et la construction d’un nouveau centre de traitement des matières résiduelles.

La majeure partie des dépenses pour l’aérogare, soit 15,1 M $, sera consacrée à la démolition partielle de l’installation existante, sa mise aux normes ainsi que son agrandissement, selon les plans réalisés par la firme Les Maîtres d’œuvre. L’investissement prévoit aussi de nouveaux convoyeurs à bagages, des systèmes d’enregistrement, de l’affichage, un meilleur contrôle de la sécurité et des aménagements extérieurs.

Selon les informations fournies, les travaux de modernisation nécessiteront des aménagements temporaires pour les voyageurs. Pour le terminal, une somme de 1,8 M $ sera consacrée aux réaménagements temporaires des opérations avec la présence de roulottes.

Selon le conseiller et président de la Commission des finances, Michel Potvin, le projet de modernisation devrait être éligible à une subvention de 30 %, à laquelle s’ajoutent les fonds cumulés provenant de la taxe imposée aux voyageurs. Saguenay devrait donc débourser 12 M $. Il a répété qu’à défaut d’obtenir une subvention, le projet ne se concrétiserait pas.

En point de presse, la mairesse de Saguenay, Josée Néron, a indiqué que ces règlements d’emprunt ne signifient pas que les travaux débuteront nécessairement cette année. L’objectif de la Ville est d’être prête lorsque les gouvernements supérieurs seront au rendez-vous.

Matières résiduelles

Pour ce qui est du centre de tri, le conseiller Simon-Olivier Côté a précisé que les installations ont atteint la fin de leur vie utile, après 30 ans. M. Côté a mentionné que la facture finale devrait s’élever à 3 M $ pour Saguenay après l’obtention des subventions attendues. La construction et l’aménagement du bâtiment (6,5 M $) et l’achat et l’installation d’équipements (12 M $) représentent la majeure partie du projet.

Autres dossiers

Le dossier de la réglementation des camions de cuisine de rue, avec le vent d’opposition soulevé par des restaurateurs de La Baie en fin de semaine, a laissé place à une division, alors que les conseillers jonquiérois se sont opposés au report de l’adoption de règlements portant sur le sujet.

Le conseiller Simon-Olivier Côté a mentionné qu’à la suite des interventions de restaurateurs baieriverains, les élus ont discuté du sujet, lundi, ce qui devrait se traduire par des modifications au premier projet de règlement. M. Côté a indiqué que la Ville n’a pas l’intention de reculer dans le dossier, puisque du travail a été effectué depuis quatre ans.

Les élus ont fait part de leur inquiétude face à l’intention du gouvernement de François Legault d’aller de l’avant avec la mise en place d’un rapport d’impôt unique et avec la perte potentielle d’emplois au Centre fiscal de Jonquière. Par voie de résolution, le conseil a demandé au premier ministre de s’engager formellement à maintenir le niveau d’emplois actuel advenant une telle mesure.

Enfin, le conseiller Jonathan Tremblay a interpellé la députée de Chicoutimi et ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, afin qu’elle intervienne dans les dossiers de la ligne des hautes eaux et des baux de location des terrains de villégiature dans le secteur de Lac-Kénogami. Selon un citoyen présent, des propriétaires paient jusqu’à 7000 $ annuellement pour louer un terrain.