Attachée avec un harnais et suspendue à une dizaine de mètres dans un arbre, Maryanne Deschênes a découvert le métier d’arboriculteur.

385 jeunes découvrent les métiers de la forêt

Pour la 12e édition de l’événement Viens vivre la forêt, 385 jeunes du secondaire, en provenance de dix écoles de la région, ont pu découvrir une quinzaine de métiers de la forêt au Centre de formation de Dolbeau-Mistassini, mercredi.

Attachée avec un harnais et suspendue à une dizaine de mètres dans un arbre, Maryanne Deschênes découvre pour la première fois le métier d’arboriculteur, en vivant une réelle expérience sur le terrain. « C’est vraiment malade, dit-elle. Je ne connaissais pas ce métier-là et je suis surprise de voir qu’il y a autant de différents métiers dans le domaine forestier », soutient la jeune femme de 18 ans, qui considère désormais la possibilité de poursuivre ses études dans une discipline forestière.

Faire découvrir toutes les possibilités et les métiers de la forêt aux jeunes de la région est justement le but de cette activité, souligne Diane Bouchard, directrice générale de l’Association forestière du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui organise l’événement. Pour donner une véritable occasion d’en savoir plus sur la réalité sur le terrain, des professionnels de l’industrie, provenant notamment du ministère des Forêts, de Rébec, et des coopératives forestières, étaient sur place.

« On sait que la forêt est le grand moteur économique de la région, note Diane Bouchard. On manque de main-d’œuvre autant en usine qu’en forêt et on veut démontrer le côté sexy de la foresterie et du sciage », ajoute-t-elle, en parlant du virage technologique qu’a pris l’industrie forestière. Oubliez donc la scie à chaîne et le tracteur, car aujourd’hui, les forestiers utilisent des technologies de pointe dans des machines à la fine pointe de la technologie. Idem en usine, où les machines intelligentes sont de plus en plus nombreuses.

En plus de présenter les formations professionnelles en abattage, en camionnage et en voirie forestière, les jeunes avaient aussi la chance d’en apprendre davantage sur les techniques en mécanique industrielle et en génie chimique, offertes au Cégep de Jonquière, deux créneaux importants pour l’industrie, ainsi que sur la technique en aménagement forestier, offerte à Chicoutimi. Les formations en milieu naturel et en transformation du bois, du Cégep de Saint-Félicien, ainsi que les formations en génie forestier en génie du bois, de l’Université Laval, étaient aussi à l’honneur.

Pour Xavier Beaumont, 14 ans de l’école Camille Lavoie, à Alma, cette journée a été l’occasion de voir à quel point la foresterie a évolué. « On est loin de la hache », a-t-il mentionné après avoir fait un tour à bord d’une abatteuse multifonctionnelle. Même s’il est incertain de choisir un métier forestier, il est content d’en avoir appris davantage sur le secteur et d’avoir découvert de nouveaux métiers.

En plus de présenter les formations professionnelles en abattage, en camionnage et en voirie forestière, les jeunes avaient aussi la chance d’en apprendre davantage sur les techniques en mécanique industrielle et en génie chimique.

Plus de 1500 jeunes ont pu vivre l’activité Viens vivre la forêt, présentée dans cinq régions différentes cette année.

Sur les 385 participants provenant de 10 écoles de la région, les étudiants les plus intéressés auront la chance de participer à une seconde phase pour faire des visites industrielles, en usine et en forêt, au cours des prochains mois. Des visites seront notamment faites aux usines de Produits forestiers Résolu, qui paie pour le transport des étudiants, à Saint-Prime et à La Doré.

Plus de 1500 jeunes ont pu vivre l’activité Viens vivre la forêt, présentée dans cinq régions différentes cette année.