Le député de Roberval Denis Lebel a fait un saut devant une quarantaine de membres de la Chambre de commerce pour vanter les mesures présentées lors du budget mardi dernier.

3+3 n'égale pas 19, dit Denis Lebel

Le député de Roberval et ministre fédéral Denis Lebel ne croit pas que la Base de Bagotville aura à subir des coupes de 19% de ses budgets d'opération et de fonctionnement, comme le prétend le syndicat des employés civils de la base.
De passage devant une quarantaine de membres de la Chambre de commerce du Saguenay, hier, M. Lebel a vanté les mesures du budget présentées par son collègue Jim Flaherty mardi dernier. L'une de ces mesures vise le gel des budgets de chacun des ministères pour les deux prochaines années.
En entrevue, le bras droit de Stephen Harper a déclaré qu'il faut d'abord se demander d'où proviennent les chiffres du syndicat avant d'ajouter que les gens de la base feront leurs efforts comme les autres pour respecter les mesures du budget. «Je suis très fort en chiffres et je peux vous dire que même si on n'augmente pas les budgets de 2 ou 3% pendant deux ans, je ne vois pas comment ça peut devenir 19%.»
Quant à l'argument qui veut que le gel de budgets entraîne la disparition de postes en raison de l'attrition, M. Lebel croit qu'il faudrait poser la question aux gestionnaires de la Base, mais il répète qu'au plan politique, aucune commande n'a été passée.
Auto contre forêt
Lors de son exposé, le ministre Lebel a déclaré qu'il ne pouvait y avoir de parallèle à faire entre l'aide annoncée dans le budget pour la recherche et le développement du secteur forestier et les 500 M$ pour le secteur automobile. M. Lebel affirme que le marché de la tôle d'aluminium destiné au secteur de l'automobile s'apprête à exploser et que cette ouverture profitera au Québec. Confronté au fait que le Saguenay a dû subir la fermeture du laminoir de Novelis il y a trois ans, M. Lebel a reconnu que les faits sont véridiques. «On sait que le camion F-150 comprendra plus d'aluminium. On l'a dit lors de l'inauguration de AP-60. Lorsqu'on compare l'auto et la forêt, on veut créer une chicane politique», déclare M. Lebel.
Sommet régional
M. Lebel a déclaré qu'il serait présent si son agenda le permet à titre de député de Roberval à un éventuel sommet économique régional tel que préconisé par le caucus péquiste, mais qu'il n'est pas question de prendre à l'avance des engagements. «Je ne pense pas que la députation souverainiste régionale demandera au fédéral de prendre des engagements. On va participer et après on pourra interpeller le gouvernement».
Dvilleneuve@lequotidien.com