Les eaux usées des résidants de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean sont encore rejetées sans traitement au pied de la chute de la rivière Métabetchouane.

3,2 M $ pour un système de traitement des eaux usées à Saint-André-du-Lac-Saint-Jean

La municipalité de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean devrait, au cours de l’année à venir, cesser de rejeter les eaux usées domestiques dans la rivière Métabetchouane. Le coût rattaché à la mise en place d’un système de traitement des eaux usées conforme s’élève à 3,2 millions de dollars et sera subventionné à environ 90 % grâce à un programme d’aide financière chapeauté par le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.

Encore aujourd’hui, les eaux d’égout des Andréjeannois sont rejetées sans traitement au pied de la chute du plan d’eau qui traverse la municipalité de la MRC du Domaine-du-Roy.

Le maire de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean, Gérald Duchesne, mentionne que le projet de conformité des eaux usées sera le gros dossier de l’année 2020.

Le dossier des eaux usées de la localité de 480 âmes ne date pas d’hier. L’actuel maire, Gérald Duchesne, qui a fait de ce projet une promesse électorale, a souvenir que les discussions à ce sujet remontent même à une quarantaine d’années, au conseil municipal.

L’élu explique que la coordination entre les ministères impliqués, c’est-à-dire le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) ont étiré la démarche.

« C’est pratiquement réglé. Il y avait des problèmes techniques, un peu. Ils s’obstinaient entre deux ministères. Le MAMH donne la subvention alors que le ministère de l’Environnement règle le projet », raconte-t-il.

Le maire de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean mentionne que le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques réclamait l’installation de deux fosses alors que le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation ne subventionne que la mise en place d’une fosse.

Consensus

M. Duchesne affirme qu’aux dernières nouvelles, les deux ministères en seraient arrivés à un consensus. La solution préconisée pour traiter les eaux usées domestiques de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean comprendrait un étang aéré.

Le devoir de se conformer au Règlement sur les ouvrages municipaux d’assainissement des eaux usées d’ici le 31 décembre 2020 n’est pas l’unique motivation du conseil municipal de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean. Le représentant du conseil municipal, qui se consacre au dossier depuis son élection, il y a un peu plus de deux ans, rappelle l’importance d’agir alors que les rejets d’égouts en pleine nature appartiennent au passé.

Les nouvelles installations se retrouveront en bordure de la rivière Métabetchouane sur un terrain appartenant autrefois à la société St-Raymond Paper. La municipalité devra faire l’acquisition de ce terrain.

Le coût total du projet de 3,2 millions de dollars est subventionné à près de 90 % par un programme d’aide financière provenant du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Ainsi, la municipalité devra opter pour un règlement d’emprunt afin de défrayer le 10 % restant au projet, soit environ 320 000 $.

Développer le secteur de la chute

Au terme de cette modification majeure apportée au réseau d’égout municipal, le maire Gérald Duchesne compte bonifier le secteur de la chute de la rivière Métabetchouane où sont actuellement jetées les eaux usées.

« L’été, la chute est le plus bel endroit du village. On veut développer ça, améliorer le site. Mais les égouts arrivent là. L’été, quand la rivière est basse, ce n’est pas merveilleux », mentionne-t-il.

Des mandats ont été confiés à Synergie Développement marketing ainsi qu’à une firme d’architectes afin d’optimiser ce secteur de la municipalité de la MRC du Domaine-du-Roy.

+

Encore huit municipalités sans ouvrage de traitement au Lac-Saint-Jean 

Selon les information transmises au Quotidien par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, huit municipalités du Lac-Saint-Jean ne possèdent toujours pas « un ouvrage de traitement des eaux usées conforme à la réglementation sur les ouvrages d’assainissement des eaux usées », et ce, à moins d’un an de la date limite fixée par le gouvernement.

C’est le cas de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean, Notre Dame de la Lorette, Saint-Edmond-les-Plaines, Saint-Eugène-d’Argentenay, Saint-Ludger-de-Milot, Sainte-Monique-de-Honfleur, Labrecque et le secteur Saint-Élizabeth-de-Proulx qui relève de la MRC de Maria-Chapdelaine.