Environ 300 personnes ont participé au rassemblement silencieux, organisé devant la mosquée de Chicoutimi.

300 personnes réunies à la mosquée de Chicoutimi

Ils étaient environ 300 devant la petite mosquée de la rue Bégin, à Chicoutimi. Des musulmans, des non-musulmans, des élus municipaux, des jeunes et des plus vieux s'y étaient réunis afin de partager leur tristesse, mais aussi lancer un message d'unité et d'espoir devant l'attentat terroriste qui a secoué Québec, dimanche soir.
Des musulmans et des non-musulmans, des adultes et des enfants ont exprimé leur soutien et leur tristesse, comme la jeune Fama Dime.
Tous avaient le même message. Peu importe la religion et les origines, les participants se définissaient avant tout comme Québécois.
Tous avaient le même message. « On n'en revient pas que ce genre d'horreur arrive ici, chez nous. On est ici ce soir pour appuyer la communauté musulmane et dire que nous sommes derrière elle », a affirmé un jeune homme rencontré à la vigile.
« Je suis content de voir autant de Québécois. Ça me touche beaucoup », a ajouté le vice-recteur à l'enseignement, à la recherche et à la création de l'Université du Québec à Chicoutimi, Mustapha Fahmi.
Le rassemblement, né d'une initiative de Jocelyn Girard et de Christian Bélanger du collectif Coexister au Saguenay-Lac-Saint-Jean, a trouvé plusieurs échos, puisqu'environ 300 personnes ont bravé le froid pour y participer. Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, n'a pas hésité à se déplacer afin d'exprimer ses condoléances.
« Nous voulons dire aux musulmans qu'ils sont les bienvenus ici. C'est absolument terrible ce qu'il s'est passé à Québec, d'autant plus que c'était un moment de prière et dans un lieu de culte. Ce genre de choses ne devraient jamais se produire », a affirmé le maire Tremblay.
La chef de l'opposition à Saguenay, Josée Néron, était également au rendez-vous.
Le président de l'Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mustapha Elayoubi, s'est adressé à la foule quelques minutes, afin de remercier les gens de s'être déplacés.
La vigile s'est déroulée la plupart du temps en silence et plusieurs des participants tenaient une chandelle.
Les policiers de Saguenay avaient bloqué une partie de la rue Bégin afin de permettre aux gens de circuler librement.
« Un acte ignoble qui attaque le pays et son accueil »
Le titulaire de la Chaire d'enseignement et de recherches interethniques et interculturelles de l'UQAC, Khadiyatoulah Fall, ne croit pas que les attentats de Québec soient seulement une attaque envers les musulmans, mais envers l'accueil réputé du Canada.
« Les attentats de Québec démontrent toute la complexité de la situation. Il y a plusieurs formes d'extrémisme. Il n'y a pas seulement l'extrémisme islamique, mais aussi des extrémistes de droite, de gauche, écologique, etc. Et ces extrémistes se nourrissent les uns les autres », a affirmé Khadiyatoulah Fall, lors d'une entrevue accordée au Quotidien.
Le fait que l'événement se soit passé à Québec ne rassure pas M. Fall. « C'est un acte ignoble qui attaque le pays en entier et son accueil. Jusqu'ici, nous étions dans les gestes de provocation, comme une tête de porc ou du sang devant une mosquée. Aujourd'hui, nous sommes dans le meurtre », a affirmé M. Fall, évidemment secoué et bouleversé.
Selon lui, les attentats de dimanche soir donneront un nouveau visage à l'extrémisme. « Nous sommes ici dans un conflit de ressentiments. Et le discours de Donald Trump encouragera peut-être certaines personnes à passer à l'action. Il faut être très vigilants », a laissé tomber le professeur, qui se préparait à participer au rassemblement organisé devant la mosquée de Chicoutimi.
Évidemment, M. Fall a été choqué de lire et d'entendre plusieurs commentaires haineux tout au long de la journée de lundi, notamment sur les médias sociaux. Il retient toutefois le discours d'empathie des politiciens et des citoyens.
« Il y a un grand soutien et beaucoup de générosité », a-t-il indiqué.
Drapeaux en berne Hotel de villePhoto: Jeannot Lévesque
Drapeaux en berne
Les drapeaux de Saguenay ont été mis en berne, lundi en avant-midi, devant l'hôtel de ville de la rue Racine, en hommage aux victimes de l'attentat terroriste perpétré dimanche soir, dans une mosquée de Québec et en soutien à la communauté musulmane.
Nuisance au « vivre ensemble »
(Denis Villeneuve) L'Association des Africains du Saguenay-Lac-Saint-Jean et son président, Mezimes Soboth Christian, condamnent les attentats survenus dimanche soir à la mosquée de Sainte-Foy.
Lors d'un entretien, M. Christian a condamné tout acte susceptible de nuire au « vivre ensemble » au Québec. Vivant au Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis 2013, M. Christian a mentionné que de façon générale, le Québec est une terre très accueillante et ouverte à la souffrance de l'autre. Même si l'inconnu peut susciter de l'inquiétude, le président de l'association constate que de nombreux membres de la communauté musulmane sont très bien intégrés à la région majoritairement de confession judéo-chrétienne.
M. Christian a mentionné que son association regroupe plusieurs membres d'origine sénégalaise, un pays majoritairement musulman. « Il est clair que la violence n'est pas une option. Nous nous prononçons contre tout acte terroriste », conclut M. Christian.