Le drame de Saint-Jean-Vianney, qui a causé la mort de 31 personnes, a créé un précédent dans l’aménagement urbain de la province. Depuis, des cartes prévisionnelles indiquant les endroits où il peut se produire des glissements de terrain sont remises aux municipalités et des normes ont été établies pour éviter la reproduction d’un tel événement.

30 000$ pour une étude sur Saint-Jean-Vianney

Près de 47 ans après les événements tragiques survenus à Saint-Jean-Vianney, le secteur pourrait intéresser de nouveau les chercheurs de l’UQAC avec la réalisation d’une analyse géotechnique et géomorphologique portant sur les risques de glissement de terrain.

Ce projet d’étude a fait l’objet de discussions pour des fins de financement par le comité exécutif de Saguenay, jeudi. Les autorités municipales ont décidé d’aller de l’avant avec une contribution de 30 000 $.

Selon la conseillère du secteur, Julie Dufour, le projet s’inscrit dans la volonté de Saguenay de mettre sur pied un plan de mise en valeur de ce territoire, qui pourrait être désigné comme géosite géologique exceptionnel à l’intérieur d’un parc régional, touristique, récréatif et de conservation.

La conseillère a mentionné que les études permettraient de connaître en profondeur ce territoire et même de pouvoir l’illustrer en trois dimensions. La réalisation des études mettrait à contribution les départements des sciences appliquées et des sciences humaines.

Le professeur Ali Saeidi, du département des sciences appliquées de l’UQAC, Ph. D. en génie civil et expert dans l’évaluation des risques liés aux mouvements de terrain, a confirmé que des discussions ont lieu pour établir un partenariat avec Saguenay sur la façon de financer ces recherches. Des étudiants en maîtrise seraient associés aux travaux. M. Saeidi a préféré attendre la confirmation du financement des deux partenaires avant de commenter davantage les travaux à réaliser.

Rappelons que le drame de Saint-Jean-Vianney, qui a causé la mort de 31 personnes, a créé un précédent dans l’aménagement urbain de la province. Depuis, des cartes prévisionnelles indiquant les endroits où il peut se produire des glissements de terrain sont remises aux municipalités et des normes ont été établies pour éviter la reproduction d’un tel événement.

Malgré tout, le glissement de terrain de Saint-Jean-Vianney est particulier sous plusieurs angles, avait révélé en 2016, D.W. Roy, professeur en géologie à l’UQAC, en raison de son envergure, mais aussi des propriétés mécaniques des argiles déjà affectées par le glissement de 1663 d’une ampleur encore plus importante. Plusieurs questions demeurent sans réponse et les nouvelles connaissances acquises sur les mécanismes de glissement de terrain pourraient être mises à jour.

La création du géosite permettrait, entre autres, de protéger et conserver l’intégrité de l’héritage géologique de Saint-Jean-Vianney, selon le plan de mise en valeur dévoilé en août dernier.

Selon la conseillère du secteur, Julie Dufour, le projet s’inscrit dans la volonté de Saguenay de mettre sur pied un plan de mise en valeur de Saint-Jean-Vianney.