Gaston Langevin, président du SPP SAM SSS02, affirme que la création de 25 postes équivalent temps complet en CHSLD constitue un pas en avant, mais qu’il faudrait en créer 75 autres.

25 postes créés en CHSLD

Le Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers de la santé et des services sociaux (SPP SAM SSS02 CSN) est satisfait de l’annonce de la création de 25 postes à temps complet de préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD de la région, mais juge insuffisante cette mesure.

Lors d’un point de presse tenu devant le CHSLD de la Colline, à Chicoutimi, faisant suite à des dénonciations de familles, effectuées la semaine dernière, concernant le nombre de bains, le président du syndicat, Gaston Langevin, a déclaré qu’il s’agit d’un pas dans la bonne direction permettant d’obtenir un peu de répit pour le personnel, sauf qu’il reste encore beaucoup de travail à accomplir pour améliorer la situation des bénéficiaires. « C’est vrai qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre chez les préposés aux bénéficiaires, sauf qu’on n’est pas attractifs. Seulement 38 % de nos membres détiennent des postes à temps complet. On embauche des préposés qui sont placés sur des listes qui occupent des emplois seulement deux jours/semaine et qui quittent lorsqu’ils trouvent de meilleures conditions. Il faudrait au moins 100 préposés à temps complet supplémentaires en CHSLD », affirme M. Langevin.

Selon lui, la dernière période estivale n’a pas été facile pour les travailleurs alors que certains CHSLD ont enregistré des taux d’absentéisme s’élevant jusqu’à 14 % et même 100 %, pendant une certaine période, au CHSLD de la Colline, chez les préposés à temps complet. « On entend des histoires d’horreur dans les établissements. Un bénéficiaire n’aurait pas reçu de bain pendant quatre semaines, une information que je n’ai pu vérifier, mais la limite de l’intolérable est atteinte », affirme-t-il.

Selon lui, la dernière réforme implantée par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et la disparition d’au moins 150 cadres dans le réseau a fait en sorte que ceux restant en poste sont davantage occupés à se déplacer d’un lieu à un autre sur de grandes distances qu’à gérer, de sorte que plus personne ne sait à qui s’adresser pour obtenir des réponses.

« Ça prend du monde pour gérer du monde. Ça n’a pas plus de bon sens d’être rendu à calculer le nombre de minutes qu’il faut prendre pour donner un bain. Auparavant, il y avait du monde sur place pour pallier aux imprévus. Il n’y a plus de travail d’équipe et souvent le travail est mal planifié ».

Outre la pénurie de main-d’œuvre, le syndicat a dénoncé également la désuétude des équipements dans certains CHSLD.

Négociations locales 
M. Langevin a indiqué que l’annonce des 25 nouveaux postes correspond avec la fin des négociations de la dernière convention collective au plan local. L’entente de principe devrait être entérinée par les membres d’ici le 20 septembre prochain. Une douzaine d’assemblées générales auront lieu avec recommandation d’acceptation de la part de l’exécutif.

Sans dévoiler le contenu de l’entente, M. Langevin affirme que le projet de convention prévoit des choses intéressantes.