Hélène Poisson, enseignante en éducation physique au Cégep de Jonquière et responsable du projet d’aménagement des sentiers, pose devant l’affiche montrant le réseau de 2,4 kilomètres.

2,4 kilomètres de sentiers aménagés au Cégep de Jonquière

Parfois, les bonnes idées ne coûtent pas cher. C’est ce que prouve le Cégep de Jonquière qui vient d’aménager 2,4 kilomètres de sentiers dans le boisé près du terrain synthétique pour la somme de 45 000 $.

Les sentiers ont été inaugurés officiellement mardi midi en présence de quelques utilisateurs, dont un groupe qui s’apprêtait à aller y courir. 

« Avant, il y avait tout plein de “trails” pas identifiées. Il y avait un beau boisé, mais pas utilisé. Là, on a fait une signalisation. Il va y avoir plein de gens qui vont l’utiliser, que ce soit pour de la course à pied, du vélo de montagne ou de la raquette », a expliqué Hélène Poisson, enseignante en éducation physique au cégep et responsable du projet. Ainsi, croit-elle, les sentiers seront aussi accessibles durant la période hivernale.

Les sentiers, pour la majorité en petit gravier, sont bien identifiés en fonction de leur difficulté, principalement pour les cyclistes.

Les travaux ont été réalisés par l’organisme Les verts boisés du fjord.

La responsable des communications au Cégep de Jonquière, France Tremblay, a aussi tenu à aviser que les sentiers ne seraient pas réservés à la communauté collégiale. « On invite la population à utiliser les sentiers. C’est aussi fait pour la communauté autour du cégep », a-t-elle indiqué. 

Selon Mme Poisson, le mot a déjà commencé à se passer dans les quartiers avoisinants. « On rencontre déjà des gens. Chaque fois, on rencontre de nouvelles personnes », a-t-elle fait savoir.

Le boisé est également utilisé dans le cadre de cours qui n’ont rien de physique. Des étudiants en Aménagement en urbanisme y font régulièrement des relevés terrain. 

Le boisé fait également partie des lieux d’apprentissage pour les cours de géographie et de biologie. Il est aussi fréquenté par les étudiants en Arts visuels pour des projets de Land Art, une forme d’art contemporain utilisant la nature comme lieu de travail et d’exposition.