Le directeur général adjoint des travaux publics, Frédéric Blackburn, la présidente du comité des travaux publics, Sylvie Beaumont, et le coordonnateur aux transports routiers, Éric Jean, ont fait le bilan du déneigement effectué depuis le début de l’hiver. L’équipe a effectué plus de 25 sorties depuis les premières bordées de neige.

2,2 M$ pour le déneigement à Alma

L’hiver en cours semble interminable aux yeux de bien des Saguenéens et des Jeannois. Les statistiques cumulées jusqu’à présent confirment aux Almatois que l’actuelle saison n’a rien d’exceptionnel. En date du 21 février, 2,2 mètres de neige sont tombés sur le territoire d’Alma comparativement à 2,4 mètres en 2018.

Le territoire d’Alma comprend 440 kilomètres de voies publiques et 40 kilomètres de trottoir à déneiger en plus du quartier de Saint-Coeur-de-Marie. Jusqu’à présent, plus de 25 sorties ont été faites par les équipes de déneigement d’Alma. Les sorties sont faites dans un objectif ultime, celui d’atteindre le Niveau 1, soit une chaussée asphaltée.

« Depuis 2012, toutes les décisions prises à travers la ville le sont selon notre plan de développement durable. Cela vient teinter la gestion qui est faite aux travaux publics. Dans chaque décision qu’on prend, on se base sur des principes qui sont l’efficacité économique, l’aspect social et la préservation de l’environnement. Ces principes sont mis en pratique dans nos décisions et dans notre gestion », explique la présidente du comité des travaux publics et conseillère municipale du quartier Champagnat, Sylvie Beaumont.

Cette façon de faire est à l’origine d’une meilleure utilisation des abrasifs. Chaque semaine, des audits sont réalisés par une firme externe. Mme Beaumont assure que les gains environnementaux et budgétaires sont au rendez-vous.

Le système de télémétrie qui donne un aperçu en temps réel du travail des employés et de l’équipement permet de réaliser de grandes économies.

Moins d’abrasif, mais plus efficace

La meilleure gestion des abrasifs se fait sentir même après la fonte des neiges. « En gérant mieux les abrasifs, on en met moins, mais du plus efficace. Lors du balayage de rue au printemps, on en a moins dans les rues et sur les gazons. Notre équipe en a moins à ramasser », ajoute le directeur général adjoint des travaux publics, Frédéric Blackburn.

L’amélioration des abrasifs utilisés facilite le travail des gestionnaires. « Les produits sont plus efficaces, donc on en met moins. Les gens sont habitués à voir du sable au sol. Ils se disaient, c’est bon, ça ne glisse pas. Les nouveaux produits sont moins apparents, les gens pensent qu’on ne met rien. Ce n’est pas le cas », explique M. Blackburn.

Un système de télémétrie permet également d’assurer une meilleure gestion des produits, de la machinerie et du temps de travail. Ce système permet de suivre en temps réel les employés et la machinerie en activité grâce à des puces électroniques. Un suivi est possible, en direct, grâce à des écrans placés dans les bureaux des travaux publics.

Bon an mal an, Alma respecte le budget de 2,2 millions $ réservé au déneigement. « On optimise nos services. Les économies faites grâce à la meilleure gestion des abrasifs et des sorties ainsi que la télémétrie permettent de conserver ce budget et de donner un niveau de service très élevé », souligne Mme Beaumont.

Les citoyens ont parfois l’impression que la machinerie utilisée pour le déneigement roule à toute vitesse. L’équipe des travaux publics rappelle que la majorité des véhicules ne dépassent pas une trentaine de kilomètres à l’heure.

+

125 000 $ PAR TEMPÊTE

Tout a un prix, même les tempêtes. À Alma, le coût de nettoyage d’une tempête représente environ 125 000$. À cela, il faut ajouter les coûts de machineries et de carburant. Une somme de 2,2 millions $ est allouée, chaque année, au déneigement. 

Lorsqu’une bordée d’environ 15 centimètres s’abat sur la Ville de l’Hospitalité, c’est une quarantaine d’employés qui sortent dans les rues. Un quart de travail de jour et de soir sont en activité. Une quinzaine de véhicules se retrouvent sur la route.

Il faut compter environ huit jours pour effacer les traces d’une tempête de 15 à 20 centimètres de neige. Lorsque l’accumulation dépasse 20 centimètres, il faut alors patienter une dizaine de journées. 

Les sorties des équipes des travaux publics dépendent de plusieurs facteurs. Le nettoyage des rues est à prévoir dès que trois ou quatre centimètres s’abattent sur le sol.

Les prochaines semaines permettront de procéder à une deuxième opération latérale, ce qui consiste à élargir les rues. Cette tâche nécessite entre trois et quatre semaines de travail. La première opération latérale de l’hiver en cours a duré six semaines. Les diverses bordées de neige ont allongé l’opération.

Leur propre station météo

L’ajout d’une station météo, l’an dernier, permet maintenant à l’équipe des travaux publics d’Alma d’obtenir des prévisions locales qui sont davantage précises. Autrefois, les gestionnaires devaient se baser sur les données des stations météo de Bagotville et du lac Castor. Ces informations ne correspondaient pas toujours à la réalité almatoise