La ministre responsable de la région, Andrée Laforest, et les députés caquistes du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Nancy Guillemette, Éric Girard et François Tremblay, étaient heureux d’annoncer la relance des travaux pour la finalisation de l’autoroute Alma-La Baie.

207 M $ pour les routes régionales

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) va réaliser des projets d’entretien routier de l’ordre de 207 M $ pour la prochaine année au Saguenay–Lac-Saint-Jean et procédera à la relance des travaux préliminaires pour le complément de la route 170 à quatre voies entre Saint-Bruno et Alma, ce qui coûtera entre 200 et 300 M $ aux contribuables québécois.

Un comité de suivi du projet de tronçon à Saint-Bruno a été formé avec cinq représentants. Le ministère doit reprendre l’évaluation des différents tracés retenus afin de faire une nouvelle proposition, avant d’entreprendre les travaux. Selon le directeur régional du MTQ, Donald Boily, même si le tracé qui passait au sud de Saint-Bruno avait été retenu, rien n’assure qu’il sera celui proposé à la population.

Pour ce tronçon, le ministère devra identifier un tracé définitif. Des plans et devis seront ensuite effectués, avant la soumission du projet à la procédure d’évaluation environnementale et la tenue possible d’audiences publiques. La reprise des analyses par le ministère ne signifie pas que le travail réalisé il y a 10 ans n’est pas adéquat, mais Québec souhaite tenir compte des nouvelles réalités avant d’aller de l’avant avec un tracé.

La ministre responsable de la région, Andrée Laforest, et les députés caquistes du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Nancy Guillemette, Éric Girard et François Tremblay, étaient visiblement heureux d’annoncer la relance du projet routier, lequel ne relie toujours pas La Baie à la route 169 du pourtour du lac Saint-Jean. Le dernier tronçon vers l’est (La Baie) n’est pas complété et pourrait coûter à lui seul jusqu’à 200 M $. Le ministère a toutefois entre les mains une dérogation du gouvernement du Québec lui permettant de réaliser la fin du projet vers l’ouest sans se soumettre à la procédure d’évaluation environnementale.

Deuxième pont

Pendant sa campagne électorale, la députée de Chicoutimi Andrée Laforest s’était engagée quant à la réalisation des études de faisabilité d’un deuxième pont sur la rivière Saguenay. Le MTQ ira donc en appel d’offres au cours des prochains mois pour réaliser une étude des besoins.

Le ministère des Transports considère que le pont Dubuc répond actuellement aux besoins, avec le passage de 50 000 véhicules par jour.

L’étude permettra, selon le ministère, de déterminer pendant combien de temps encore le pont répondra à la demande, en fonction des projections du nombre de véhicules qui emprunteront le pont dans les prochaines années. Les travaux de réfection du pont prévus cet été prolongeraient sa durée de vie pour un minimum de 25 ans.

La députée Laforest a ajouté à ses priorités la réfection du pont de Sainte-Anne. « Le pont Dubuc n’est pas utilisé par les piétons et les cyclistes. Dans un contexte de mobilité durable, on évalue s’il y a des programmes pour le pont de Sainte-Anne. »

La Ville de Saguenay a déjà donné son aval à un projet de réfection de pont. Pour sa part, la ministre des Affaires municipales a fait état, mardi, d’un projet de l’ordre de 3 à 15 M $.

Le projet de 3 M $ viserait une réfection pour améliorer le pont pour les cyclistes et piétons, tandis que celui de 15 M $, toujours selon les chiffres de la ministre, permettrait d’ouvrir le pont pour le passage des véhicules d’urgence en cas de fermeture du pont Dubuc.

La ministre n’était pas en mesure, mardi, d’identifier le programme qui permettra de financer la réfection du pont de Sainte-Anne. Elle a cependant confirmé qu’il y avait des possibilités pour certains projets avec le Fonds vert, sans en dire davantage à ce sujet.

Autres projets majeurs

Dans les projets majeurs, le gouvernement poursuit le contournement du quartier Isle-Maligne. Le directeur régional du MTQ affirme qu’il est important de compléter ce chantier pour des questions de sécurité pour la circulation locale. Le projet doit être complété pour l’automne, avec des investissements qui vont se situer entre 50 et 100 M $.

Il est bon de retenir que pour tous les projets majeurs qui ne sont pas en cours, il n’y aura aucun investissement. Le ministère va uniquement reprendre les démarches administratives, comme en fait foi le comité du milieu mis en place pour le prolongement de la route 170 vers Alma.

L’autre élément qui attire l’attention dans cette programmation concerne les ponts. Le ministère va effectuer des interventions sur plusieurs ponts situés sur les routes provinciales et sur le réseau municipal.