Les membres du comité devront amasser environ 20 000$ afin de réussir leur entreprise. Un premier objectif de 8000$ est à atteindre.

20 000$ pour aider un réfugié

Cinq étudiants du Collège d’Alma, accompagnés d’un enseignant, se sont lancés dans une entreprise de longue haleine. Depuis trois jours, ils amassent des fonds afin de pouvoir accueillir un étudiant réfugié d’un camp africain à l’automne 2019. Leur objectif est ambitieux ; ils doivent être capables de le soutenir financièrement pendant un an. Pour réussir, ils devront recueillir environ 20 000 $.

Le Programme d’étudiants réfugiés (PER) est chapeauté par l’organisme Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC). « Les cégeps et collèges peuvent aussi y participer », souligne l’instigateur du projet et enseignant de français au secondaire, Richard Renaud. Un membre de sa famille fait le même projet dans un cégep à l’extérieur de la région. Comme il accueille depuis plusieurs années des étudiants en échange chez lui, l’occasion était parfaite. « Je me suis dit : “Tant qu’à accueillir quelqu’un qui a les moyens de voyager, je peux en donner plus” », explique-t-il. Il a contacté un de ses anciens élèves, Charles Fortin, afin de former un comité de jeunes motivés et désireux de s’impliquer. Le comité est formé de cinq étudiants du Collège d’Alma qui sont amis depuis plusieurs années. « J’ai choisi des gens qui avaient un intérêt pour la cause et qui sont altruistes de nature. Je savais qu’on allait avoir besoin de jeunes vraiment motivés », explique le jeune homme de 18 ans. Ce comité s’engage à intégrer le jeune réfugié et aussi à sensibiliser la population. « On veut l’aider le plus possible et lui offrir une nouvelle vie, ajoute Charles. Tous les programmes du cégep lui sont ouverts ainsi que tous les parascolaires. »

L’étudiant sera sélectionné par un recruteur de l’EUMC. Il doit remplir quelques critères précis comme être capable de parler le français, avoir un diplôme d’études secondaires, ou l’équivalant, et être âgé entre 18 et 25 ans. Il ne doit pas avoir d’attache dans son pays d’origine, comme une femme ou des enfants. « Le but est qu’il s’installe ici pour de bon », mentionne Richard Renaud. 

L’argent récolté servira à subvenir aux besoins de base du réfugié sélectionné. Il sera hébergé chez M. Renaud pendant un an, ainsi les coûts de logement seront amoindris. Mais outre ces coûts, le jeune homme, dont l’arrivée est prévue pour l’automne 2019, aura besoin de vêtements pour affronter l’hiver, de matériel scolaire ainsi que d’argent de poche. « Le but du projet est vraiment de lui permettre de s’intégrer le mieux possible. C’est pour cela qu’on veut se réserver un petit montant afin de lui permettre de sortir au cinéma de temps en temps », prévoit M. Renaud. 

Comme l’étudiant reçoit dès son arrivée en terre canadienne la résidence permanente, le comité prévoit qu’après un an, le nouvel arrivant doit être le plus automne possible. « C’est certain qu’on va toujours être là pour l’accompagner, mais on veut qu’il soit capable de se débrouiller seul », explique l’enseignant. 

La campagne de financement est jeune, à peine quelques jours se sont écoulés depuis le lancement de la plateforme Web, mais déjà quelques centaines de dollars ont été recueillis. « On prévoit faire des soirées-bénéfices et trouver des commanditaires. On sait que 20 000 $ seulement en dons de particuliers, c’est irréalisable », convient Charles Fortin. 

Le Collège d’Alma est le premier cégep de la région à organiser une telle action. « On espère que le projet va faire des petits », conclut Richard Renaud.