1M$ pour de nouvelles fenêtres

Saguenay investit 1 million $ pour changer l’ensemble des fenêtres du quartier général de la police, au centre-ville d’Arvida.

Le bâtiment, qui abritait autrefois l’hôtel de ville de la municipalité puis, après la fusion, celui de Jonquière, fait présentement l’objet d’une première phase de travaux qui devrait se conclure au cours des prochains jours. Les sommes injectées atteignent 400 000 $. Plus tard en 2018, la phase 2 sera réalisée, au coût de 600 000 $. À terme, l’ensemble des fenêtres d’origine sera remplacé, ce qui ne sera pas un luxe, de l’avis du conseiller Carl Dufour, puisque la vétusté des châssis engendrait des pertes énergétiques importantes.

L’an prochain, le conseiller Dufour aimerait faire inscrire une enveloppe au plan triennal d’immobilisation pour le réaménagement de l’entrée principale du quartier général. Par le fait même, l’échevin souhaite que soit corrigé ce qu’il considère comme une aberration : l’érection d’un mur de granit en face d’une œuvre de l’artiste Karol Proulx.

« Ce qui a été fait là quand ils ont regroupé les effectifs policiers dans une même bâtisse est gênant et honteux. Ce mur-là n’aurait jamais dû être installé en façade, directement devant une œuvre d’art. Ç’a été fait en cabochon et ça n’a pas été réfléchi comme il faut », dit Carl Dufour, qui demande depuis longtemps que les correctifs nécessaires soient apportés. Il y a deux ans, Karol Proulx a lui aussi publiquement dénoncé le sort réservé à La place de l’Homme, une fresque de quatre murales réalisée en 1973.

Foyer des loisirs
Juste à côté, au Foyer des loisirs et de la culture, le système de réfrigération sera bientôt renouvelé. Des travaux ont eu lieu il y a huit ans à ce chapitre, mais cette fois, c’est le condenseur de CO2 qui doit être remplacé. Les coûts sont estimés à entre 100 000 $ et 200 000 $.

Le conseiller Dufour explique qu’il s’agit de la « suite logique des choses » et que lorsque le dernier chantier a été mis en branle, il était prévu que ces équipements soient revus dans un horizon de 10 ans.

« C’est la machine de réfrigération qui a atteint ses limites. C’est dans l’ordre des choses. Il restait ça à changer. Ça va aussi permettre de régulariser le chauffage à l’intérieur de l’aréna », explique-t-il.

La Ville profitera de la pause entre la fin de la saison de Dek hockey et le début des activités régulières de glace pour réaliser les travaux.