Désespérée et sans solution, Nadine Lavoie a tenté de vendre son chiot Doogie sur un groupe Facebook, encaissant 175 messages haineux qui ont déferlé en moins d'une heure.

175 messages haineux pour une annonce

«Jack Russell à vendre, 100$, sept mois, pas castré, qui jappe à tonne, qui est très énergique et qui écoute juste quand ça y tente, ce qui veut dire pas souvent! Alors si quelqu'un est intéressé me contacter en privé sinon SPCA jeudi», a écrit Nadine Lavoie le 14 juillet au soir sur un groupe Facebook.
Ça n'en prenait pas plus pour qu'elle reçoive une poignée de bêtises. Cette annonce a reçu près de 175 commentaires, pour la plupart des insultes, allant même jusqu'à comparer le chien à un enfant. Au bout d'une heure, l'annonce a été retirée par les administrateurs du groupe. La famille de Chicoutimi-Nord était pourtant sans solution devant leur chiot ayant développé des comportements indésirables. Nadine Lavoie et François Simard sont les parents de deux garçons, Derek, dix ans, et Zack, quatre ans. Zack est autiste de haut niveau et, sachant les bienfaits des animaux sur les enfants autistes, la mère a eu l'idée d'adopter un chien il y a quelques mois.
«J'étais éligible pour un chien Mira, mais je trouvais ça gros. Ça implique aussi beaucoup d'allers-retours à Sainte-Madeleine. C'est pourquoi j'ai opté pour un petit jack russell, une race intelligente, qui aurait pu avoir une belle interaction avec mon fils Zack», explique Nadine qui a eu des chiens toute sa vie.
Malheureusement, cette adoption a tourné au cauchemar. Ne sachant que faire d'autre que de réprimander le chiot qui jappait et mordillait, les mauvais comportements de Doogie ont empirés. «Quand mon chum est là, ça va mieux, mais il travaille à l'extérieur six jours sur 14», poursuit Nadine qui n'en finit plus d'entendre son chien japper et son enfant crier à longueur de journée. Le comportement de Zack, qui souffre d'hypersensibilité, envers Doggie se détériorait aussi et un accident risquait de survenir.
Ce soir du 14 juillet, elle était désespérée. Les réseaux sociaux, utiles pour certains, peuvent rapidement se transformer en véritable poison. Certains se servent de Facebook pour juger, interpréter et intimider. Le message de Nadine, que plusieurs internautes ont interprété dans tous les sens sans connaître sa réalité, contenait une certaine détresse humaine.
La propriétaire du centre d'entraînement pour animaux L'Étoile de Picotte a vu dans ce message un appel à l'aide. C'est pourquoi elle a proposé son aide afin d'offrir une séance d'entraînement gratuite à Nadine et sa famille. «J'ai reçu beaucoup de messages très courtois en privé où on me proposait de prendre mon chien. J'en ai parlé à mon conjoint et, avant de trouver une nouvelle famille à Doogie, nous allons suivre cette formation proposée par Mélissa Viau», ajoute Nadine.
Toute la famille s'est attachée à Doogie et tout le monde est prêt à travailler pour faire de lui un chien agréable à vivre. «Je n'ai pas été atteinte par tous ces propos méchants à la suite de mon annonce parce que, avec mon enfant autiste, j'ai l'habitude des regards différents des autres», conclut Nadine.