Un hectare des terres de l’incubateur Solidar, situé sur les terres des Fermes Solidar de Chicoutimi, sera consacré cet été à la culture de légumes dédiés à Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Un hectare des terres de l’incubateur Solidar, situé sur les terres des Fermes Solidar de Chicoutimi, sera consacré cet été à la culture de légumes dédiés à Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean.

15 tonnes de légumes dédiés à Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Quinze tonnes de légumes dédiés à Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean seront cultivés cet été sur les terres des Fermes Solidar de Chicoutimi, devenues un incubateur pour la relève agricole. La superficie consacrée à ces jardins de solidarité qui soutiendront la banque alimentaire doit doubler l’an prochain.

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, et la conseillère Brigitte Bergeron, présidente de la commission des services communautaires, vie de quartier et développement social, sont apparues masquées au début de la conférence de presse annonçant jeudi le projet qui verra le jour sur les terres de l’incubateur Solidar situé dans le rang Saint-Joseph, à Chicoutimi.

Josée Néron voulait ainsi encourager les citoyens qui optent pour le port du masque à se tourner vers une entreprise ou un organisme régional fabriquant des produits réutilisables. Les deux élues portaient alors un masque en tissu offert par Claire Chainey, une enseignante à la retraite qui verse les profits de ses fabrications à la Fondation de ma vie de l’hôpital de Chicoutimi.

Un hectare en culture

Elles n’ont porté le masque que quelques minutes avant de poursuivre l’annonce qui permettra de cultiver des carottes, betteraves, choux, oignons, courges, gourganes, haricots et de la laitue. La production sur un hectare doit permettre de récolter 15 tonnes de légumes. Les partenaires prévoient doubler la superficie consacrée aux cultures des jardins de la solidarité en 2021.

«Cette première récolte permettra de mettre en place toute la structure, le réseau de bénévoles qui est lié au projet et l’organisation pour s’assurer que la production et les dons par le biais de Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean cheminent vers les gens», a expliqué Josée Néron.

Une demande importante

Les variétés de légumes qui seront cultivées sur les anciennes terres des sœurs de Notre-Dame du Bon-Conseil ont été choisies avec Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean afin de répondre aux besoins de l’organisme.

Le projet permettra à l’organisme d’ajouter à son offre de produits sains dans cette période de crise sanitaire où la banque alimentaire est fortement sollicitée, a souligné Crystel Gilbert, directrice adjointe de l’organisation, qui prenait également part à la conférence de presse en visioconférence.

«En temps normal, on répond à 47 000 demandes d’aide alimentaire par mois, donc tout ce qu’on peut avoir, c’est toujours apprécié», a indiqué Mme Gilbert. En raison de différentes initiatives, la banque alimentaire parvient actuellement à répondre à la demande des organismes toujours ouverts qu’elle dessert, mais manque de main-d’oeuvre pour combler certains postes.

Des personnes en situation de vulnérabilité pourront être intégrées parmi les travailleurs impliqués dans le projet des jardins de solidarité.

Deux projets en incubation cet été

La création de l’incubateur Solidar, annoncé à la fin de l’automne dernier, prévoit cet été accueillir un étudiant à temps plein, un agronome à temps partiel ainsi que deux projets incubés de la relève agricole sur les terres de la ferme.

À terme, l’incubateur espère accueillir 16 «incubés» d’ici quatre ans au sein de la plateforme bioalimentaire boréale. La Ville de Saguenay, l’Université du Québec à Chicoutimi, le Cégep de Chicoutimi, le Centre de géomatique du Québec, Promotion Saguenay, la MRC du Fjord-du-Saguenay et Nutrinor sont partenaires de ce projet d’incubateur de 600 000 $.

+

EN BREF

• Camps de jours: La conseillère Brigitte Bergeron a précisé que Saguenay saura vendredi si les camps de jours proposés par la municipalité pourront avoir lieu cet été. «Mais si la réponse est positive, soyez assurés qu’on travaille déjà sur différents scénarios à mettre en place», a-t-elle souligné.

• Jardins communautaires: Les jardins communautaires et les espaces nourriciers de Saguenay pourront rouvrir cet été dans le respect des mesures de distanciation sociale et des mesures demandées par la Santé publique, a également annoncé la conseillère Brigitte Bergeron.

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, et la conseillère Brigitte Bergeron, sont apparues masquées en début de la conférence de presse, jeudi, afin d’encourager les citoyens qui optent pour le port du masque à se tourner vers une entreprise ou un organisme régional pour en faire l’achat.