Carole Simard (directrice générale) et Bruno Cormier (président de Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean) entourent la chanteuse Nadja, lors du brunch-bénéfice de l'organisme, qui se tenait hier matin.

15 000 $ pour les plus démunis

Environ un pour cent de la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean doit avoir recours, chaque jour, à l'aide alimentaire.
La statistique ne remonte pas aux années 20 alors que l'une des plus importantes crises économiques sévissait. Non, ce sont les chiffres de 2013.
Hier matin, les responsables de Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean ont tenu leur brunch-bénéfice annuel. Environ 500 billets ont été vendus (plus de 300 personnes ont pris part à la rencontre) et ont permis à l'organisation d'amasser une somme d'environ 15 000$ pour venir en aide aux plus démunis de la région.
Carole Simard, directrice générale de Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean, aimerait bien dévoiler des statistiques plus encourageantes, mais celles-ci ne cessent d'augmenter d'année en année.
«En 2012, il y a eu 43 000 demandes de services au travers des 72 organisations auxquelles nous répondons. En 2013, 51 000 demandes sont parvenues à nos bureaux», note Mme Simard.
«Chaque jour, 2700 personnes ont des besoins (sur une population de 275 000 personnes). Ça peut être du dépannage alimentaire, des petits déjeuners, des soupes populaires. En fait, plusieurs personnes cherchent à obtenir les besoins de base comme se nourrir, se vêtir et se loger. C'est la situation que nous vivons dans la région», reprend Mme Simard.
La directrice générale de Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean aimerait bien ne pas avoir à répondre à autant de demandes, mais elle ne croit pas que la situation va se résorber pour autant.
«Les gens ont de la difficulté à imaginer que des personnes aient de la misère à joindre les deux bouts dans la région. Nous en entendons parler à Montréal, mais pas au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pourtant ça existe. Les revenus ne suffisent pas. Il est plus difficile d'avoir de l'assurance emploi et l'aide sociale ne suffit pas. Tout ça fait en sorte que bien du monde a recours à l'aide alimentaire», ajoute Carole Simard.
Belle occasion
Président de l'organisation, Bruno Cormier avoue que l'activité annuelle permet aux participants d'en apprendre davantage sur Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean.
«Ça donne l'occasion de mieux connaître notre organisme, de voir qu'il y a des gens dans le besoin dans la région», mentionne M. Cormier.
«De plus, certaines organisations remettent les billets à leur clientèle. Ça leur donne l'occasion d'avoir droit à un bon repas et aussi de faire du social. Il faut savoir que les personnes dans le besoin sortent peu souvent de chez eux. Une journée comme aujourd'hui apporte des fois une solution aux problèmes vécus et une solution à la solitude», indique Bruno Cormier.
Sbegin@lequotidien.com