François Guillot de la Sépaq, le premier ministre Philippe Couillard, Émile Hudon, maire de Saint-Gédéon, et John Mackay, PDG de la Sépaq, ont confirmé les investissements de 11 millions $ dans le projet d’agrandissement du parc national de la Pointe-Taillon.

11M$ pour la Pointe-Taillon

Québec investit 11 millions $ dans l’agrandissement du Parc national de la Pointe-Taillon, qui prévoit l’intégration de plusieurs îles de Saint-Gédéon et d’Alma. L’annonce survient 10 ans après les audiences publiques qui ont donné l’aval à ce projet.

Trois nouveaux secteurs s’ajoutent au parc national, soit les Amicaux à Saint-Henri-de-Taillon, le Camp de touage à Saint-Gédéon ainsi qu’une trentaine de petites îles. Des secteurs qui seront tous mis en valeur par différents projets. 

Le plus attendu demeure l’aménagement d’un camping de 60 places sur l’ancien site du camp de touage à Saint-Gédéon. Les travaux débuteront d’ailleurs à l’automne 2018, a confirmé le premier ministre Philippe Couillard, de passage à Saint-Gédéon, jeudi, pour en faire à l’annonce. 

« Par cet agrandissement, nous nous assurons de la conservation et de la mise en valeur d’un territoire représentatif de la région pour les générations actuelles et futures. Le secteur des îles inclut notamment l’île Beemer, patrimoine naturel et culturel, en plus de pouvoir le découvrir et y accéder. Les touristes pourront pour leur part saisir la beauté et l’immensité du lac. Il s’agit d’une très bonne nouvelle pour toute la région », a exprimé le premier ministre et député de Roberval, venant ainsi mettre un terme à des années d’incertitude entourant le projet. 

Grand patron de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), John Mackay s’est déplacé à Saint-Gédéon, jeudi, pour assister à cette annonce tant attendue par les élus et le milieu touristique. 

« Parmi notre réseau de 47 établissements de la Sépaq, celui-là est un véritable bijou. La réputation des rives sablonneuses du lac Saint-Jean n’est plus à faire. On offrira de nouvelles expériences exceptionnelles à nos visiteurs. Les gens pourront même jouer à Robinson en pagayant pour aller dormir sur une île, bercée par les vagues du lac. Des plateformes pour le kayak-camping seront aménagées sur certaines îles », a notamment énuméré le président-directeur général de la Sépaq.

Les îles sont fréquentées depuis longtemps par les plaisanciers jeannois. Les gens qui y accostent doivent obtenir un droit d’accès depuis l’été dernier, comme dans n’importe quel autre parc du réseau. Les surveillants du parc feront toutefois encore la sensibilisation cette année, avant de passer en mode répressif. Seuls les cyclistes empruntant la Véloroute des Bleuets pourront sillonner le parc sans payer un droit d’entrée. 

L’agrandissement du parc prévoit l’intégration d’une trentaine d’îles de Saint-Gédéon et Alma.

En plus de l’aménagement des îles et du camping et du secteur des îles, des unités de prêt-à-camper et cinq nouveaux chalets seront en place dès l’été 2018. Un nouveau poste d’accueil, un centre de location d’équipements et un stationnement seront construits à cet endroit en 2019. 

Sur les 11 millions $ annoncés en grande pompe, jeudi, à l’Auberge des îles de Saint-Gédéon, 3,5 millions $ serviront à reconfigurer une intersection à Saint-Henri-de-Taillon et la construction d’un nouveau tronçon d’un kilomètre à Saint-Gédéon pour donner accès au nouveau camping qui sera situé près du Golf Lac-Saint-Jean. 

« C’est un grand moment pour la MRC et pour Saint-Gédon. Tout le milieu a travaillé fort pour faire réaliser ce projet », a rappelé le maire de Saint-Gédéon, Émile Hudon, faisant référence à l’initiative des élus jeannois qui ont déposé cette demande d’agrandissement en 2006 au gouvernement. 

Au cours de la dernière décennie, la MRC Lac-Saint-Jean-Est aurait investi 2 millions $ dans ce projet, notamment pour l’acquisition de terres appartenant à des particuliers. Rio Tinto a quant à elle cédé des terres pour permettre l’agrandissement de ce parc national. L’entreprise, avec l’aide du gouvernement, devrait aussi lancer un nouveau programme de protection des berges du parc national. L’actuel programme n’inclut pas le nouveau territoire protégé. Le premier ministre a confirmé qu’une annonce en ce sens se fera sous peu, sans toutefois donner plus de détails. 

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.