Catherine Laprise, Ph.D. en génétique de l'asthme.

1 M$ pour les recherches sur l'asthme

Des années d'efforts ont permis à la chercheuse de l'UQAC, Catherine Laprise, Ph.D. en génétique de l'asthme, d'être récompensée en se voyant accorder une subvention de recherche d'un peu plus de 1 M$ étalée sur cinq ans par les Instituts de recherche en santé du Canada. À ses yeux, ça équivaut presque à remporter le Super Bowl dans le domaine de la recherche.
Mme Laprise et son collègue chercheur finlandais de l'Université McGill, Tomi Pastinen, ont appris hier matin que le projet de recherche qu'ils ont soumis s'était classé sixième sur 64 projets étudiés avec un résultat de 4,42 sur 5 attribué par un comité de pairs composé d'éminents experts scientifiques.
Le projet fait partie d'un groupe sélect de 18 qui recevront des subventions intégrales. « C'est la première fois que je reçois une aide des instituts toute seule. C'est très difficile à obtenir. Dans le passé, j'ai reçu des subventions pour une année. D'habitude, il faut soumettre nos projets jusqu'à quatre à cinq tours avant d'être acceptés. Le nôtre a été accepté au premier tour. J'en ai encore la chaire de poule », confie la chercheuse.
Elle ajoute que de voir le nom de l'UQAC figurer dans la liste aux côtés de grandes universités oeuvrant dans le domaine de la santé comme McMaster, McGill etc. constitue un petit velour. « C'est rare qu'on voit le nom de ''l'university at nowhere'' figurer dans telle liste. C'est là qu'on voit qu'ils reconnaissent nos travaux. Je suis très contente », a-t-elle mentionné sur un ton humoristique.
Reconnue
Avec son doctorat en génétique de l'asthme, Mme Laprise est une sommité dans son domaine puisqu'elle a poursuivi des études post-doctorales au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de l'Université Harvard. Ses thèmes de recherche ont porté sur l'identification des déterminants génétiques de l'asthme, l'étude du processus inflammatoire qui sous-tend l'asthme.
Dans le cadre de ses prochains travaux de recherche, Mme Laprise et son équipe ont l'intention d'effectuer des études sur des échantillons de populations atteintes d'asthme familial qui ont un fond génétique commun (canadien-français et français) pour intégrer les données de la génétique et l'épigénétique. Cette étude vise à accroître les connaissances de l'impact de la génétique et de l'environnement dans l'histoire naturelle de l'asthme.
La subvention obtenue permettra à deux professionnels de recherche, trois étudiants à la maîtrise, un autre au doctorat ainsi qu'un stagiaire postdoctoral de continuer à oeuvrer sur cette maladie qui afflige des patients de tous âges et qui est une cause de mortalité importante en plus de générer des coûts croissants en soins de santé.
Mme Laprise a indiqué que les projets de recherche ne manquent pas pour elle puisque l'agénésie du corps calleux, l'étude des allergies aux arachides, la création d'un nouveau consortium de recherche pour la prise en charge des maladies génétiques en collaboration avec le neurologue Jean Mathieu figurent entre autres sur sa planche à dessins.