Le maire de Saguenay, Jean Tremblay.

« Qui va payer? »

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, abonde dans le même sens que ses homologues jeannois dans le dossier de la renégociation à la baisse du pacte fiscal. Il se dit « déçu » par ces nouvelles coupes.
« Un autre 3 M$ où on nous refile la facture. Je ne sais pas comment le dire pour leur faire comprendre: le citoyen n'est plus capable de payer. »
« Je me plains, mais toutes les villes ça va être comme ça. Mais qui va payer? Encore le citoyen. Ils ont le don de faire passer ça sur le dos des autres. On paie pour ce qui est mal géré. Ça fait des années que c'est mal géré et que l'on dit qu'il y a trop de fonctionnaires au Québec. »
M. Tremblay déplore que l'entente se soit décidée à la sauvette.
« On m'a proposé une conférence téléphonique pendant une heure. J'ai refusé, je voulais voir les papiers, les chiffres. Ce n'est pas quelque chose que l'on décide au téléphone en mangeant... »
Plus que tout, le maire est déçu de voir de nouvelles compressions survenir après les sacrifices déjà réalisés cette année.
« On a déjà coupé partout. Mon bureau est passé de 12 à 1, nous avons engagé moins d'étudiants cet été, investis moins dans les lignes, etc. On s'est arrangés, et là, voilà un autre 3 M$. Je suis vraiment déçu. C'est Québec et Montréal qui mènent le bal. »