Sylvain Gaudreault, député de Jonquière

« De la poudre aux yeux », clame Sylvain Gaudreault

Une mise à jour «électoraliste» pour l'un et qui «remplit les promesses» pour l'autre. Les députés Sylvain Gaudreault (Parti québécois) et Serge Simard (Parti libéral du Québec) ont bien entendu des positions diamétralement opposées après l'annonce faite par Carlos Leitao.
«Nous avions dit que lorsque nous atteindrions l'équilibre budgétaire, on arrêterait la taxe santé. C'est ce que nous avons fait. L'objectif était de réinvestir en santé et en éducation: c'est ce que nous faisons», affirme le député de Dubuc, Serge Simard.
«Ils ont passé la scie à chaîne partout pendant deux ans et là ils commencent les mesures électoralistes», soutient de son côté le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault. «Même la protectrice du citoyen a dit que l'austérité fait mal. Maintenant, le gouvernement donne des bonbons à droite et à gauche. Personne ne sera dupe. Celui qui a vu les soins de son père être coupés en CHSLD, ceux dont les enfants à l'école n'ont plus de services d'orthopédagogues, ceux qui travaillaient dans les CLD... tout le monde a vécu l'effet des coupes du gouvernement. Ce qu'il fait aujourd'hui (mardi), c'est de la poudre aux yeux.»
Serge Simard, député de Dubuc
Le député Simard affirme lui aussi que ce que les gens attendent pour leurs enfants, «c'est que l'on ajoute des orthopédagogues, de l'aide aux devoirs, etc.». Il estime toutefois que c'est parce que l'équilibre budgétaire a été fait «qu'on est maintenant capable de le faire».
Régions
Le gouvernement octroie 100 M$ dès cette année pour «apporter un appui à des projets de développement économique en région» et «favoriser le tourisme en région, notamment par les festivals et événements». «Ils ont coupé nos outils de développement - comme la Conférence régionale des élus et le CLD -, nos ententes spécifiques, les bureaux régionaux du ministère de l'Immigration, nous ont enlevé les outils que l'on avait pour se prendre en main. Ce que le gouvernement octroie maintenant est beaucoup moins que ce qu'il a enlevé», soutient Sylvain Gaudreault.