Actualités

Ride des couleurs : En moto pour Dystrophie musculaire Canada

Une dizaine de personnes vivant avec la dystrophie musculaire ont eu l’occasion de vivre une expérience unique alors qu’ils ont participé à la deuxième édition de la Ride des couleurs. L’événement leur a permis de vivre une balade à moto à travers les rues de Saguenay.

La journée chapeautée par HOG chapitre Saguenay avait pour but d’amasser des fonds pour améliorer la vie des personnes vivant avec la dystrophie musculaire et de faire vivre une expérience incroyable à 10 d’entre elles. Un montant de 4690 $ a été amassé.

« Le but, c’est de leur faire vivre, le moment d’un instant, le plaisir de la liberté. La journée se poursuit avec un souper spectacle. On remet des cadeaux. On veut faire vivre une belle journée aux gens qui vivent avec la dystrophie musculaire », a expliqué le directeur du chapitre Saguenay HOG, Christian Gagné.

Rencontré quelques minutes avant le grand départ, Dominique Morin qui se déplace en fauteuil roulant avait bien hâte de vivre l’expérience. L’homme n’était aucunement stressé et avait une grande confiance en son conducteur, Steeve Brown. Habitué à rouler en moto, celui-ci confiait consacrer sa journée dans un seul objectif, celui de faire vivre un moment mémorable à son passager.

Ottawa

Jim Watson dévoile publiquement son homosexualité

C’est un Jim Watson soulagé qui a fait samedi après-midi la tournée de quelques activités communautaires à Ottawa, lui qui plus tôt en journée se délestait d’un poids énorme qu’il traînait depuis une quarantaine d’années.

Celui qui est maire d’Ottawa depuis 2010 a fait sa sortie du placard et a dévoilé publiquement son homosexualité samedi dans les pages du quotidien Ottawa Citizen.

«Je suis gai, a laissé tomber le politicien de 58 ans dans une lettre au journal anglophone. Voilà, c’est dit. Ces mots m’ont pris presque quatre décennies avant de les prononcer, mais comme le dit le dicton : ‘Mieux vaut tard que jamais’».

La lettre a été publiée à la veille du début du Festival de la Fierté dans la capitale. 

Le maire Watson a indiqué que deux événements ont justifié sa sortie publique : les craintes exprimées par des athlètes et des spectateurs gais sur l’attitude homophobe du gouvernement russe aux Jeux olympiques de 2014, ce qui l’a motivé à faire flotter le drapeau arc-en-ciel à l’hôtel de ville d’Ottawa pendant la durée des compétitions en solidarité avec les personnes LGBTQ, ainsi que les paroles d’un homme qui l’a accosté au parc de la Confédération en lui disant ‘J’espère que tu n’iras pas au défilé des tapettes’, faisant référence au défilé de la Fierté.

En entrevue avec Le Droit, Jim Watson s’est dit soulagé.

«Ça fait longtemps que je sais que je suis gai, mais je n’avais jamais déterminé quand et comment je devrais l’annoncer. C’est un soulagement, et je suis dépassé par tous les messages positifs que j’ai reçus des gens en ville, sur Twitter, par courriel et lors d’appels téléphoniques», a-t-il expliqué.

«Plusieurs personnes ont dit : "C’était le secret le moins bien gardé en ville parce que tout le monde pensait que tu étais gai de toute façon"», a ricané le maire d’Ottawa.

La conseillère municipale Catherine McKenney, qui est membre de la communauté LGBTQ, a salué la sortie du maire.

«Aujourd’hui doit être la journée la plus terrifiante et la plus excitante de ta vie. Je suis très heureuse pour toi», a-t-elle écrit sur Twitter. 

Actualités

Respect de la confidentialité: les partis se contentent du strict minimum

OTTAWA — Les principaux partis politiques fédéraux ont adopté des règles en matière de protection de vie privée, comme l’exige une nouvelle loi, mais aucun n’a encore pris les mesures rigoureuses que le commissaire à la protection de la vie privée et le directeur général des élections estiment nécessaires pour protéger les renseignements personnels des électeurs.

Ainsi, aucune formation ne demande à ses membres de donner leur consentement éclairé à la collecte, à l’utilisation et à la divulgation de leurs renseignements personnels. Les parties ramassent ces données pour les aider à identifier et à cibler leurs partisans potentiels et les sujets qui les préoccupent.

Aucune formation ne permet aux individus de voir quels renseignements ont été collectés à leur sujet.

De même, aucun parti ne promet que les renseignements personnels recueillis, à la suite, par exemple, d’une pétition sur un problème spécifique, ne seront pas utilisés à d’autres fins, comme pendant une campagne de financement.

Les formations ont tout simplement respecté le strict minimum requis par la loi C-76 qui est entrée en vigueur le 1er avril.

La présidente du Conseil canadien de l’accès et vie privée, un groupe non partisan, Sharon Polsky, soutient que les politiciens manquent de sincérité lorsque vient le temps de protéger les électeurs.

«Le terme  “paroles en l’air” me vient à l’esprit», dit-elle.

Selon la loi, les partis politiques ont «l’obligation d’adopter une politique sur la protection des renseignements personnels et de la publier sur leur site Internet». Ils doivent notamment indiquer les types de renseignements personnels qu’ils recueillent et la façon dont ils les recueillent, les mesures qu’ils prennent pour protéger les renseignements personnels dont ils ont le contrôle. Ils doivent aussi indiquer la formation que doit être donnée à tout employé qui pourrait avoir accès à des renseignements personnels. Les partis doivent aussi inscrire le nom et les coordonnées de la personne à qui toute question relative à la politique sur la protection des renseignements personnels du parti peut être posée.

Les partis doivent y inclure une déclaration les pratiques du parti relatives à la collecte et à l’utilisation de renseignements personnels créés sur la base d’activités en ligne, et à l’utilisation de témoins (cookies) par le parti.

Le commissaire à la protection de la vie privée, Daniel Therrien, a critiqué les nouvelles dispositions, notamment le fait que son bureau ou tout autre organisme indépendant ne soit pas obligé de superviser les enquêtes et de statuer sur les plaintes relatives aux atteintes à la vie privée.

«Il ne fait qu’indiquer que les partis doivent mettre en place des politiques sur un certain nombre de questions, laissant le soin aux partis de définir les normes qu’ils souhaitent appliquer. Sur le plan de la protection des renseignements personnels, le projet de loi C-76 n’ajoute rien de majeur», avait-il déploré lors d’une comparution devant un comité parlementaire, l’an dernier.

Le jour même de l’entrée en vigueur de la loi C-76, M. Therrien et le directeur général des élections Stéphane Perrault avaient conseillé aux partis de se conformer à la nouvelle loi. Dans un document d’orientation, ils avaient écrit que «bien que ces politiques doivent comprendre certains éléments prescrits, leur contenu n’a pas à se conformer aux normes internationales en matière de protection de la vie privée».

Les deux hommes ont exhorté les partis à aller plus loin et «à respecter des principes que l’on trouve habituellement dans des lois sur la protection de la vie privée».

Dans le désert

Il semble qu’ils ont prêché dans le désert.

Aucun des principaux partis, qui avaient jusqu’au 1er juillet pour soumettre leurs politiques à Élections Canada, n’a adopté ces mesures.

Les libéraux et les conservateurs se contentent de spécifier qu’ils recueillent des informations personnelles à partir de diverses sources, y compris de quiconque signant une pétition en ligne. Les libéraux et les verts disent également que les informations personnelles peuvent être fournies par des amis ou des bénévoles qui pensent que quelqu’un pourrait être intéressé de s’impliquer.

Le NPD est le seul à s’attaquer à ce qu’il ferait en cas de violation de la vie privée. Il dit s’engager «à documenter les circonstances ayant mené à cette violation ainsi que les données personnelles identificatoires ayant pu être compromises, et à informer immédiatement et de façon proactive les personnes touchées». Le parti a désigné un «responsable de la confidentialité» dont le rôle de s’assurer que vos renseignements personnels et la présente politique sont respectés.

Les libéraux, les néo-démocrates, les verts et le Bloc québécois déclarent tous qu’ils ne vendent aucune information personnelle en aucune circonstance. Le Parti populaire du Canada, quant à lui, déclare ne pas partager, vendre ou louer des informations personnelles à «quiconque à l’extérieur au Parti, sans votre permission ou sauf ordonnance contraire d’un tribunal».

Les conservateurs ont aussi ajouté un paragraphe disant : «Nous ne vendons pas les renseignements personnels que vous choisissez de nous fournir».

Mme Polsky souligne que les individus «ne «choisissent pas» de fournir une grande partie des renseignements personnels récoltés par les partis. Par exemple : un bénévole qui frappe à la porte d’un électeur peut déterminer lui-même une vaste gamme de renseignements sur la race, le sexe, l’âge, la langue, la religion, le tempérament, les opinions ou tout autre élément observable.

«Tout parti politique qui soutient véritablement le concept de la confidentialité, du droit à la vie privée, de l’accès à l’information aurait depuis longtemps, quand il était au pouvoir, modifié les lois pour assurer une véritable protection de la vie privée et un véritable accès à l’information», a-t-elle dit. Et s’il ne formait pas le gouvernement, il pourrait bien sûr se conformer volontairement aux lois sur la protection de la vie privée qui s’appliquent au secteur privé.»

Actualités

Une baleine a réussi à se libérer d’un «engin de pêche» au large de Miscou

Le ministère des Pêches et Océans a annoncé qu’une baleine noire de l’Atlantique Nord qui avait été signalée empêtrée s’est libérée.

Sur sa page Facebook, il a indiqué vendredi que la baleine noire  #4440 avait été aperçue nageant librement «sans engin de pêche» au large de Miscou, au Nouveau-Brunswick.

Elle a d’abord été signalée empêtrée le 29 juin. L’équipe de sauvetage des baleines de Campobello a réussi à partiellement la démêler le 16 juillet, a ajouté le ministère.

La baleine noire  #4423 n’a pas eu cette chance. L’animal qui demeure empêtré a été repéré dans le même secteur.

L’équipe de sauvetage évalue ses options pour la libérer au cours de la fin de semaine.

Selon le ministère, le nombre de baleines qui se sont empêtrées depuis le début de l’année s’élève à quatre.

Huit baleines sont mortes dans les eaux canadiennes au cours de la période estivale. On estime la population mondiale de baleines noires à 400 individus.

Justice et faits divers

Dernier adieu au président de Savoura et à son fils

MONTRÉAL — Les funérailles du président de Savoura, Stéphane Roy, et de son fils de 14 ans, Justin Roy-Séguin, ont été célébrées samedi en la cathédrale de Saint-Jérôme, dans la région des Laurentides.

L'homme d'affaires Stéphane Roy et son garçon sont morts dans l'écrasement de leur hélicoptère à lac Valtrie situé au nord du Parc du Mont-Tremblant.

Stéphane Roy et son fils Justin avaient été portés disparus, le 10 juillet, ce qui avait donné lieu à de nombreuses opérations de recherche impliquant les autorités, l'armée, la famille et de nombreux pilotes bénévoles.

L'hélicoptère appartenant à M. Roy, âgé de 55 ans, a été retrouvé 15 jours plus tard au lac Valtrie, avec les corps des victimes.

Stéphane Roy était le président de Sagami-Savoura.

L'entreprise que l'on connaît aujourd'hui compte neuf sites de production, dont les produits sont vendus dans les plus grandes chaînes d'alimentation au pays ainsi qu'aux États-Unis . Elle a vu le jour en 1995, lorsque M. Roy avait fondé Serres Nouvelles Cultures.

C'est en 2000 que le nom Sagami est donné à la production de tomates en serre dans la foulée de l'acquisition de Serres Sagami, au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Puis, en 2011, la compagnie établie à Sainte-Sophie, dans les Laurentides, se lance dans la production de tomates biologiques.

Les années suivantes donnent lieu à plusieurs acquisitions, dont celle de Savoura.

Alors que de nombreux producteurs de tomates de serre avaient jeté l'éponge après avoir éprouvé des difficultés financières au fil des années, le dirigeant de Sagami a plutôt décidé de jouer le rôle de consolidateur.

En décembre 2017, à moins d'un an de la légalisation de la consommation du cannabis à des fins récréatives au Canada, M. Roy effectuait une sortie pour affirmer que son entreprise n'avait pas l'intention de se lancer dans la production de marijuana perçue comme un marché très lucratif par plusieurs.

Dans un communiqué, il avait souligné avoir pris cette décision «malgré les propositions de plusieurs partenaires potentiels» dans le but de «réduire de plus en plus la dépendance du Québec en fruits et légumes provenant de l'extérieur».

Stéphane Roy laisse dans le deuil sa mère, sa soeur, ses frères ainsi que la mère de son fils.

Son garçon Justin Roy-Séguin laisse dans le deuil de nombreux proches ainsi que ses amis de l'école secondaire d'Oka.

Actualités

Parade finale du camp des cadets de Bagotville

La fierté était présente sur des centaines de visages, samedi en début de journée, alors que se déroulaient la parade finale et la cérémonie de clôture du camp des cadets de Bagotville. Des centaines de parents et membres de la famille assistaient à l’événement qui mettait en scène près de 1000 personnes. L’activité protocolaire qui marque la fin des traditionnels camps d’été se déroulait sous la présidence d’honneur du commandant de la 3e Escadre de Bagotville, le Colonel Normand Gagné.

Environ 750 cadets participaient à la parade accompagnés de 170 cadets-cadres et 140 de adultes qui agissaient à titre de superviseur.

Un total de 1700 jeunes âgés entre 12 et 18 ans a participé au cours des dernières semaines aux camps de Bagotville dont la durée variait entre deux semaines et six semaines. Les cadets provenaient des quatre coins de la province et d’une partie de l’Ontario soit de la région d’Ottawa.

Le programme civil qui est épaulé pas la base militaire de Bagotville offre aux jeunes une expertise unique en aviation. Les passionnés de la marine peuvent, de leur côté, se tourner vers les nombreux plans d’eau qu’offre la région. La formation de voile a notamment eu lieu à Shipshaw et à L’Anse-à-Benjamin.

Actualités

Plus de 250 personnes pour la Marche et Course en action pour le deuil

Plus de 250 personnes ont participé à la troisième édition de la Marche et Course en action pour le deuil. L’activité intergénérationnelle qui se déroulait, samedi, dans l’arrondissement de Jonquière était organisée au profit de Deuil 02 Passage.

La fondatrice du mouvement Pace du bonheur et auteure, Nathalie Bisson, assurait le rôle de marraine de l’événement qui se déroulait au parc de la Rivière-aux-Sables.

Les participants étaient invités à défier les 8 passages du deuil seul ou à relais. Le parcours de huit tours de 1,5 kilomètre imageait les différents stades du deuil. Les marcheurs et les coureurs qui portaient des lunettes de soleil en coeur en symbole d’espoir obtenaient un bracelet de couleur différente à chacun des tours complétés.

L’activité qui permettait de bouger et de discuter était organisée au profit de l’organisme régional Deuil 02 Partage. « On ramasse des sous pour Deuil 02, un organisme de chez nous. Deuil 02 vient en aide aux gens traversant différents deuils. On connaît la mortalité, mais il y a aussi les pertes d’emploi, les pertes de santé et toutes les pertes significatives. Deuil 02 offre des groupes d’entraide qui permettent de vivre plus facilement les huit passages du deuil jusqu’à l’acceptation de son deuil », a expliqué la responsable du comité organisateur de l’événement, Annie Bélanger.

Actualités

Les travaux d’Elysis lancés

La société Elysis a donné le coup d’envoi à la construction de son nouveau Centre de recherche et développement qui aura pour mission de compléter une nouvelle technologie de production d’aluminium primaire sans émissions directes de gaz à effet de serre (GES).

Le projet a été lancé vendredi en présence de plusieurs représentants politiques, parmi lesquels on comptait le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, la mairesse de Saguenay, Josée Néron, ainsi que plusieurs députés de niveau provincial et fédéral, en plus des hauts dirigeants de Rio Tino et d’Alcoa.

Actualités

Aide aux producteurs laitiers: soupir de soulagement dans la région

Les producteurs laitiers du Saguenay–Lac-Saint-Jean poussent un soupir de soulagement à la suite de l’annonce du gouvernement fédéral qui versera 1,75 milliard $ sur huit ans aux près de 11 000 producteurs laitiers du Canada à titre de compensations pour les pertes liées à la gestion de l’offre.

« C’est certain que ça met fin à plusieurs mois d’incertitude, affirme d’emblée le premier vice-président des Producteurs laitiers du Québec (PLQ) et président régional du Syndicat des producteurs de lait, Daniel Gobeil. On est soulagés de connaître les modalités. On ne voulait pas redémarrer une campagne électorale dans l’incertitude. »

Actualités en bref

Entrave sur la 175 et sauvetage par hélicoptère

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) souhaite informer les usagers que la route 175 est fermée en direction nord, à la hauteur du kilomètre 188, et ce, pour une durée indéterminée. La circulation s’effectuera à contresens sur les deux voies en direction sud, à raison d’une voie par direction.

Cette décision a été prise de manière préventive à la suite de l’inspection d’un ponceau sous la chaussée. Le ministère analyse actuellement différents scénarios afin de définir l’intervention à réaliser qui permettra la réouverture de la route dans les meilleurs délais. Le MTQ rappelle que pour la sécurité des usagers et des travailleurs, il est primordial de respecter la signalisation en place. Les automobilistes qui souhaitent prévoir leurs déplacements peuvent en tout temps consulter le site Québec 511, qui détaille l’état des routes en temps réel.

Justice et faits divers

Accusé d’avoir tenté d’immoler son ex par le feu: à l’écart des autres détenus

Le chauffeur de taxi Frej Haj Messaoud, 39 ans, accusé d’avoir immolé son ex-conjointe, restera détenu minimalement jusqu’au 3 septembre.

C’est la date qui a été fixée vendredi matin au palais de justice de Québec pour l’enquête sous remise en liberté de l’homme, qui fait face à des accusations de tentative de meurtre et de voies de fait graves. 

L’avocat de défense Me Alex Savoie a toutefois précisé qu’il n’est pas certain de tenir l’enquête à cette date; l’avocat travaille présentement à trouver des garanties qui rassureront le tribunal, si son client est remis en liberté durant les procédures.

Gardant les yeux baissés, l’accusé, sans antécédent judiciaire, a consenti à ce report de plus de deux semaines.

L’attaque est survenue vendredi soir, rue Arago, dans la basse-ville de Québec. Frej Haj Messouad aurait aspergé d’essence son ex-conjointe avant d’allumer un brasier. La jeune femme de 27 ans a subi de très graves brûlures sur environ 50 % de son corps. Les jeunes enfants du couple et la mère de la victime ont assisté au drame horrible. 

Frej Haj Messaoud a été arrêté samedi dans un restaurant situé près de l’autoroute 20, à Drummondville.

Sécurité

Le retour à la cour de Frej Haj Messaoud a été l’occasion de comprendre que, pour des raisons de sécurité, il est toujours gardé à l’écart des autres détenus qui transitent au palais de justice.

Avec devant elle encore beaucoup de dossiers à traiter, la juge Réna Émond de la Cour du Québec s’inquiétait du temps que Haj Messaoud prenait à être amené devant elle.

Une agente correctionnelle a alors indiqué que le chauffeur de taxi ne pouvait être gardé avec les autres détenus et qu’il se trouvait dans les cellules au sous-sol du palais de justice, plutôt que dans la section du deuxième étage, juste à côté de la salle d’audience.

Actualités

Soupir de soulagement chez les producteurs laitiers

Les producteurs laitiers du Saguenay-Lac-Saint-Jean poussent un soupir de soulagement à la suite de l’annonce du gouvernement fédéral qui versera 1,75 milliard $ sur huit ans aux près de 11 000 producteurs laitiers du Canada à titre de compensations pour les pertes liées à la gestion de l’offre.

«C’est certain que ça met fin à plusieurs mois d’incertitude, affirme d’emblée le premier vice-président des Producteurs laitiers du Québec (PLQ) et président régional du syndicat des producteurs de lait, Daniel Gobeil. On est soulagé de connaître les modalités. On ne voulait pas redémarrer une campagne électorale dans l’incertitude.» 

Le montant octroyé par le gouvernement est toutefois grandement inférieur à celui demandé par les producteurs de lait canadiens. 

«Ça comble seulement une partie des pertes. On a concédé 5% du marché. On estime les pertes à plus de 3 milliards$. On accueille la compensation favorablement, mais nous ce qu’on veut, c’est produire et vendre notre lait. Le gouvernement a vendu notre marché, il fallait être compensé. Mais on ne veut plus de concessions. Le montant met un ‘‘plasteur’’ sur le bobo, mais les gens n’aiment pas avoir recours à l’aide du gouvernement. Des fermes ont un fonds de roulement très affaibli depuis 24 mois. » 

À l’échelle régionale, Daniel Gobeil estime que le montant moyen reçu par les 285 producteurs laitiers avoisinera les 15 000$ par an. 

«Pour l’an un, ça donne un montant plus impressionnant. Mais il faut diviser le reste entre les années suivantes. Les fermes laitières de la région sont de plus petite taille, avec une moyenne de 70 vaches.» 

Le montant octroyé, qui sera partagé de façon proportionnelle au quota détenu, vise à compenser les pertes liées aux accords de libre-échange avec l’Union européenne et l’Asie-Pacifique. L’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM) ne fait pas partie de l’entente puisqu’il n’a pas été ratifié par le Canada et les États-Unis.

«Pour nous, c’est l’entente la pire. Si l’accord est ratifié, tout est sur la table pour de nouvelles négociations.» 

Actualités

Saint-Augustin: problème d’accès réglé

Les résidants de la rue Principale à Saint-Augustin ont enfin accès à leurs résidences en véhicule. L’entrepreneur responsable des travaux majeurs qui causaient de nombreux désagréments aux citoyens du secteur a réglé la situation dans les heures suivant la sortie publique du maire de la municipalité.

Le Quotidien rapportait mardi que les travaux sur l’artère qui traverse la municipalité de Saint-Augustin empêchaient les citoyens d’accéder à leur résidence avec leur véhicule. Le maire de l’endroit, Philippe Lapointe, songeait alors à bloquer les travaux. Il avait affirmé que l’entreprise responsable des travaux, Location ALR, ne respectait pas ses engagements. Le plan initial prévoyait des zones de travail de 100 à 200 pieds qui devaient être presque entièrement remplies chaque jour afin de limiter le temps où les propriétaires seraient privés de l’accès à leur propriété. 

Or, certains citoyens étaient privés de leur accès depuis six semaines. Plusieurs devaient stationner leur véhicule chez des voisins ou dans les stationnements de l’église et de l’école.

Le maire confirme maintenant que l’entrepreneur a entrepris des travaux de remplissage afin de régler la situation le jour de sa sortie publique. 

«L’entreprise a rencontré les surveillants de la municipalité la journée même. Dans l’après-midi, ils ont rempli la rue. Ça n’a pas été long. Les gens ont maintenant tous accès à leur maison. Tout est rentré dans l’ordre. Pour les nouvelles parties où il y a des travaux, l’entrepreneur procède selon le plan établi. Là, il respecte le plan», affirme-t-il.  

Par le passé, Philippe Lapointe affirme que la municipalité a rencontré l’entrepreneur à plusieurs reprises pour lui aire part de la situation. 

Actualités

Un billet gagnant de 1 M$... trempé dans un seau d’eau

La courte présence du billet gagnant Extra d’un million $ dans un seau d’eau contenant des produits nettoyants n’aura pas empêché le couple formé de Paméla Fradette et de Michaël Lapointe, de Saint-David-de-Falardeau, de toucher leur gros lot.

Jeudi, le couple, accompagné de ses trois enfants et de proches, était tout sourire lors de la présentation officielle par Loto-Québec, organisée à l’Hôtel Chicoutimi.

Actualités

District 1: Josée Néron invite Dominic Gagnon à se présenter

La chef de l’Équipe du renouveau démocratique (ERD), Josée Néron, invite le chef de l’Alliance Saguenay (AS), Dominic Gagnon, à se présenter dans le district no 1 à la suite de la démission annoncée en début de semaine du conseiller Jonathan Tremblay.

Après avoir rendu hommage au conseiller Tremblay, mercredi, Mme Néron a déclaré qu’il est de l’intention ferme de l’ERD de présenter un candidat sous cette étiquette politique au début de janvier, pour l’élection partielle. « On veut mener une campagne de fond et de terrain afin d’élire un représentant de l’ERD », déclare Mme Néron.

Actualités

Projet COlab: 910 000 $ pour le numérique au féminin [VIDÉO]

Le gouvernement fédéral prend également part au projet COlab en offrant un investissement non remboursable atteignant 910 000 $ sur quatre ans dédiés à l’entrepreneuriat au féminin. La somme s’inscrit dans le Fonds pour l’écosystème de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, qui vise à renforcer le pouvoir économique des femmes.

L’aide financière servira au projet L’entrepreneuriat féminin vers l’économie du savoir, dont l’objectif est d’accroître la présence des femmes dans le domaine numérique et d’en faire émerger des projets d’affaires.

Actualités

Fête des Acadiens: l’occasion de se rassembler [VIDÉO]

Les Acadiens et leurs amis célébraient, jeudi, leurs origines et leurs mœurs à la 24e Fête des Acadiens de Kénogami. L’événement réunit chaque année une centaine de personnes qui dansent, chantent et festoient toute la journée.

Claude Chiasson, président du Regroupement des Acadiens du Saguenay–Lac-Saint-Jean, était fier de poursuivre cette tradition ici, au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il considère que l’occasion est idéale pour rencontrer de nouvelles personnes et de vieux amis, tout en faisant briller l’Acadie.

Actualités

Collège d'Alma: les nouveaux étudiants étrangers accueillis par le maire

Une trentaine d’étudiants étrangers s’ajouteront, en vue de la nouvelle session, au millier qui fréquentent déjà le Collège d’Alma. Mercredi, le groupe a été accueilli à l’hôtel de ville par le maire d’Alma, Marc Asselin, qui se prêtait à l’exercice pour une quatrième année. Ces jeunes adultes provenant en grande majorité de la France, du Bénin, de la Côte d’Ivoire et du Cameroun sont, depuis quelques jours, des Jeannois d’adoption.

Lors de la rencontre d’accueil de mercredi, le premier magistrat ne s’est pas fait prier pour présenter la région et vanter ses attraits. « Nous sommes un royaume. Si vous prenez le temps de découvrir notre région, vous verrez que c’est immense et qu’il y a beaucoup de possibilités. [...] Même si on a une température assez importante en hiver, nous avons le cœur chaud, nous sommes accueillants et nous sommes réputés pour faire le party », a-t-il mentionné à ses visiteurs.

Actualités

Grande Fête des récoltes à Saint Gédéon: des découvertes pour tous les goûts

La fin du temps des récoltes sera célébrée en grand, les 24 et 25 août, à Saint Gédéon. Des dizaines d’exposants se rassembleront sous le chapiteau Desjardins Entreprises, afin de faire découvrir des produits agroalimentaires de tout genre, dans le cadre de la Grande Fête des récoltes.

Il sera possible de se procurer une foule de trouvailles – légumes, petits fruits, viandes, fromages, pains, saumon fumé, pâtes, chocolats et bien plus. « La diversité et la qualité seront au rendez-vous. Les trois quarts des exposants proposeront des produits maraîchers et agroalimentaires transformés. Une dizaine d’artisans compléteront le programme. Ceux-ci surprendront les festivaliers par leurs créations tout aussi originales que magnifiques », a noté la présidente de l’événement, Dominique Royer.

Actualités

L’église Saint-Jude croule sous le pic des démolisseurs

Une dizaine de curieux ont assisté, jeudi matin, à la démolition de l’église Saint-Jude située à l’angle du boulevard Saint-Jude et de la rue Bourassa, à Alma. Le site laissera place à un nouveau projet d’unités de soins de la résidence hôtelière pour seniors et retraités Le Saint-Jude.

La nouvelle construction de quatre étages devrait être complétée en juillet 2020. Elle offrira un milieu de vie à 80 personnes non autonomes, dont plusieurs vivent avec des troubles cognitifs.

Actualités

Dynamitage sur la rue Bégin à Chicoutimi

Les travaux de dynamitage sont déclenchés sur le site des futures Habitations du Parc, sur la rue Bégin, à Chicoutimi. Les terrains ont été récemment déboisés et les dynamiteurs se sont installés dernièrement, puisque le site est composé en bonne partie de roc. Le projet des Habitations du Parc, qui s’est concrétisé en juillet après sept ans d’attente, prévoit la construction de trois immeubles à logements dédiés en partie aux personnes souffrant d’un handicap physique ou intellectuel. Le chantier de 16 M $ s’est mis en branle dernièrement. Les responsables souhaitent accueillir les premiers locataires l’an prochain. Un total de 99 appartements seront construits. Les Habitations du Parc sont situées devant le parc Rosaire-Gauthier de Chicoutimi.

Actualités

SQDC de Chicoutimi: toujours pas de date d’ouverture

Ceux qui passent sur la rue Montcalm à Chicoutimi ont pu remarquer que les travaux de la première succursale de la Société québécoise du cannabis (SQDC) du Saguenay–Lac-Saint-Jean vont de bon train. Pourtant, aucune date d’ouverture n’est encore dévoilée.

Selon les informations recueillies par Le Quotidien, les rénovations de la façade doivent être terminées pour le mois d’octobre. Le même délai aurait été donné pour les aménagements intérieurs à une compagnie beauceronne, celle qui ferait la majorité des travaux des succursales de la SQDC.

Actualités

Classique de golf Résolu: 255 000$ pour des organismes régionaux

L’édition 2019 de la Classique de golf Résolu a permis d’amasser une somme record de 255 000 $. Le montant bénéficiera à cinq organismes de santé du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Produits forestiers Résolu (PFR) remettra un montant de 240 000 $ aux fondations des hôpitaux de Dolbeau-Mistassini et de Roberval. Leucan, la Fondation sur la pointe des pieds et le Relais pour la vie recevront 5000 $ chacun.

Santé

Des experts réclament un régime d’assurance-médicaments universel

MONTRÉAL — Un régime public universel d’assurance-médicaments permettrait aux Canadiens d’épargner entre quatre et 11 milliards $ par année et améliorerait l’accessibilité aux médicaments pour l’ensemble de la population, mais il ne doit pas être calqué sur celui du Québec.

C’est l’avis émis, jeudi, par près de 1300 experts indépendants du domaine de la santé et des politiques publiques. «On a toujours un grand problème d’accès aux médicaments au Canada et un problème de coût aussi», a expliqué Marc-André Gagnon, professeur de politique publique à l’Université Carleton.

«Ça coûte extrêmement cher et l’assurance-maladie reste complètement incomplète sans le médicament; un patient à l’hôpital, dès qu’il sort de l’hôpital, n’a parfois plus accès aux soins de santé essentiels que sont les médicaments pour des raisons financières», a-t-il noté, tout en rappelant que le droit aux médicaments est un droit humain fondamental reconnu par l’ONU.

S’appuyant sur le rapport du Conseil consultatif sur la mise en oeuvre d’un régime national d’assurance-médicaments, publié en juin dernier, les experts signent une lettre demandant à tous les partis politiques de s’engager pour la mise sur pied d’un tel régime afin d’éviter d’en faire un enjeu partisan.

Les experts estiment que le Canada et les Canadiens ont tout à gagner à aller de l’avant non pas avec un régime parallèle ou mixte, mais bien avec un régime intégré au régime universel d’assurance-maladie, comme l’ont fait tous les autres pays développés avec un régime de santé public.

Le Canada, qui «fait figure d’anomalie» à ce chapitre parmi les pays ayant un système de santé public, occupe le deuxième rang, derrière les États-Unis, où le prix des médicaments est le plus élevé. 

De nombreuses études au fil des ans ont démontré qu’il ne fait aucun doute qu’un régime pancanadien, qui permettrait des achats groupés, pousserait les prix fortement à la baisse, en plus de permettre l’accès aux citoyens moins fortunés.

Quant au Québec, son régime mixte ne saurait servir d’exemple affirme avec force Marc-André Gagnon : «Le Canada est le deuxième pays le plus cher au monde en médicaments en termes de coût per capita, derrière les États-Unis, et au Canada la province la plus chère c’est le Québec.»

Actualités

4,2M$ pour les routes du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Le gouvernement du Québec investit plus de 4,2M$ dans le réseau routier du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les municipalités de Bégin, Dolbeau-Mistassini et L’Anse-Saint-Jean se partageront l’enveloppe qui permettra d’améliorer le réseau routier régional.

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay−Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, a annoncé l’octroi du montant jeudi, au nom du ministre des Transports, François Bonnardel. 

Le montant total accordé à la région est de 4 242 480$. La ville de Dolbeau-Mistassini obtient la plus grande part de l’enveloppe, soit un montant de 3 890 736$. La municipalité de L’Anse-Saint-Jean obtient pour sa part une somme de 228 348$. Un montant de 123 396$ a finalement été accordé à Bégin. 

« Le soutien financier de plus de 4,2 M$ annoncé aujourd’hui démontre l’importance de travailler en collaboration avec les villes et municipalités afin de doter les citoyennes et citoyens de réseaux routiers fiables et efficaces. Votre gouvernement entend continuer à proposer des solutions concrètes visant à soutenir l’ensemble de ses partenaires de notre région», a affirmé Andrée Laforest dans un communiqué. 

Le montant a été accordé par le biais des volets Accélération des investissements sur le réseau routier local et Redressement des infrastructures routières locales du Programme d’aide à la voirie locale.

Les députés Nancy Guillemette dans Roberval et François Tremblay dans Dubuc se sont réjouis de l’annonce. 

Quant au ministre des Transports, François Bonnardel, il a rappelé que d’autres sommes seront investies dans le réseau routier québécois au cours des deux prochaines années. 

« Votre gouvernement accorde une grande importance à l’efficacité et la sécurité du transport des personnes et marchandises sur l’ensemble du territoire québécois. L’aide financière annoncée aujourd’hui permettra de soutenir les villes et municipalités dans l’entretien et l’amélioration de leur réseau routier. Je rappelle également que 4,7G$ seront investis au cours des deux prochaines années dans le réseau routier supérieur qui est sous la responsabilité du ministère des Transports.»

Actualités

Sylvain Gaudreault: «Pas capable de me rentrer dans la tête d’imaginer la région sans Le Quotidien»

« Je ne suis pas capable de m’imaginer une région comme le Saguenay–Lac-Saint-Jean sans Le Quotidien. Moi, ça ne me rentre pas dans la tête. Bien sûr, il y a un enjeu d’emploi parce qu’il y a des dizaines de personnes qui travaillent au Quotidien, que ce soit des journalistes, des photographes, des adjoints, des monteurs. Mais il y a aussi la question de la diversité de l’information, la question de l’enjeu de l’information auprès des citoyens, de l’information de qualité, de l’information professionnelle, la question aussi de la mobilisation des gens, parce que vous savez quand on a un journal comme Le Quotidien, les gens lisent ça, ça les informe sur les enjeux locaux, etc. Je ne suis pas capable de me rentrer dans la tête d’imaginer la région sans Le Quotidien, donc il faut que le gouvernement du Québec trouve une solution rapide. »

« Il y a à la fois une solution à court terme et il y a une solution à long terme. Une solution à court terme, ça peut être une aide, effectivement pour payer des comptes, payer les employés, payer l’impression. Mais une solution à long terme, c’est de voir comment on s’assure d’une diversité et d’une présence des médias sur le territoire. Est-ce que ça peut être par des crédits d’impôt, par un soutien à la transition électronique ? C’est de ça qu’on a besoin à long terme. Mais il faut qu’on arrête de patcher les trous et qu’on assure l’avenir des médias dans les régions. [...] À long terme, il faut trouver une solution aussi sur les revenus publicitaires. » Propos retranscrits par pascal girard

Actualités

Mot du président de Groupe Capitales Médias: le signe d’un attachement profond

MOT DU PRÉSIDENT / Depuis quelques années, il ne se passe pas une semaine sans qu’une nouvelle vienne nous rappeler que l’ensemble des médias du monde occidental traverse une période trouble. Groupe Capitales Médias, qui possède les quotidiens Le Soleil, Le Droit, Le Nouvelliste, La Tribune, La Voix de l’Est et Le Quotidien, n’échappe évidemment pas à ces turbulences.

Comme c’est le cas pour l’ensemble de l’industrie, notre modèle d’affaires a été remis en question par les géants que sont Facebook et Google qui ont accaparé de près de 80% de toute la publicité diffusée au Canada via Internet.

Mais, avec la complicité et la collaboration exemplaire de l’ensemble des artisans de notre groupe de presse et de leurs représentants syndicaux, nous nous sommes depuis longtemps retroussés les manches pour faire face à la tempête.

Et c’est ainsi que, malgré les vents contraires, nous avons développé au cours des dernières années de nouveaux produits, de nouveaux outils et de nouvelles façons de faire pour rendre nos équipes encore plus performantes et nos quotidiens encore mieux adaptés aux nouvelles habitudes de lecture.

Résultat, nous avons continuellement élargi notre portée. Nos quotidiens sont en effet de plus en plus lus aux quatre coins du Québec et en Ontario francophone. Nous rejoignons ainsi chaque mois plus de 4,5 millions de visiteurs uniques sur nos plateformes numériques. Et, malgré la baisse de nos revenus, nos quotidiens ont continué de s’imposer comme la référence en information de qualité dans chacun de nos marchés.

Nous sommes fiers du chemin parcouru. Mais rien n’est gagné. Il faut notamment que de plus en plus de gens réalisent que l’information fouillée a un coût qu’il faut accepter de payer pour ne pas se retrouver à la merci de ceux et celles qui ont les moyens de présenter les choses à leur avantage et au détriment de l’intérêt public. 

Et c’est dans ce contexte global qu’une fois de plus ces jours-ci, on s’inquiète de l’avenir de Groupe Capitales Médias. Il faut y voir avant tout un signe d’attachement profond pour nos journaux, dont certains sont plus que centenaires, ayant marqué de leur présence active la petite et la grande histoire de leur région respective.

La Fédération québécoise des municipalités est de ceux qui ont pris la peine hier de diffuser des messages d’appui et d’encouragement à notre groupe de presse, message que vous pouvez lire dans nos pages et sur nos plateformes. Nous les remercions de ce geste généreux, comme nous remercions toutes celles et ceux qui nous manifestent régulièrement leur appréciation et leur solidarité, à commencer par nos abonnés et nos annonceurs!

Nous en convenons aisément, nos quotidiens sont des rouages essentiels de la vie démocratique des communautés que nous desservons, de même que de puissants vecteurs de développement culturel et social.

Je demeure personnellement confiant en l’avenir. Nos quotidiens sont là pour rester. Aussi allons-nous continuer de regarder toutes les options disponibles et déployer tous les efforts pour assurer la pérennité à long terme de nos quotidiens et l’avenir de nos équipes.

Actualités

Démission de Jonathan Tremblay: « Le conseil perd un élément fort »

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, s’attriste du départ du conseiller municipal Jonathan Tremblay, qui a annoncé sa démission mardi soir. Mme Néron a tenu à souligner l’esprit d’équipe du conseiller, sa passion et ses réalisations. Selon elle, le conseil municipal de Saguenay perd un grand joueur.

Jonathan Tremblay, élu pour une première fois en 2013 et réélu en 2017, a informé ses collègues qu’il quittait la vie politique, lors de la séance d’arrondissement de Jonquière, tenue mardi soir. Il a affirmé qu’il se retirait pour des raisons de santé et familiales.

Actualités

Un cycliste de 56 ans lutte pour sa vie

Un cycliste lutte pour sa vie à la suite d’une mauvaise chute survenue à Chicoutimi, mardi soir.

L’homme de 56 ans aurait chuté à vélo à l’angle des rues des Roitelets et Alphonse-Desjardins, à 20 h 37, soit après le coucher du soleil.

Actualités

L’oeuvre Polaris de retour sur Talbot

Une semaine après avoir été démantelée pour réparation, Polaris a repris sa place au carrefour giratoire du boulevard Talbot. Mercredi, un groupe de sept personnes, incluant l’artiste Étienne Boulanger, ont replacé un à un les 115 lourds morceaux qui constituent l’oeuvre.

En début de journée mercredi, l’artiste évaluait que remettre l’œuvre en place nécessiterait environ 12 heures de travail. Chaque pièce faite d’acier peint pèse entre 300 et 400 livres. Tout doit être calculé avec minutie.