Le Quotidien
L’église Saint-Benoît-Joseph-Labre d’Amqui était pleine à craquer. Quelque 900 personnes ont senti le besoin de se rassembler à la mémoire de Gérald Charest et de Jean Lafrenière, ainsi qu’en soutien aux neuf autres personnes blessées lors de l’attaque au véhicule-bélier de lundi.
L’église Saint-Benoît-Joseph-Labre d’Amqui était pleine à craquer. Quelque 900 personnes ont senti le besoin de se rassembler à la mémoire de Gérald Charest et de Jean Lafrenière, ainsi qu’en soutien aux neuf autres personnes blessées lors de l’attaque au véhicule-bélier de lundi.

Une messe spéciale tenue en l’honneur des victimes du drame à Amqui

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
AMQUI – L’église Saint-Benoît-Joseph-Labre d’Amqui était pleine à craquer, vendredi soir. Quelque 900 personnes ont senti le besoin de se rassembler à la mémoire de Gérald Charest et de Jean Lafrenière, ainsi qu’en soutien aux neuf personnes blessées dans ce que l’archevêque de Rimouski a appelé «l’attentat du 13 mars». Après la messe, une grande chaîne humaine a été formée par quelques centaines de personnes, comme autant de points de suture sur cette blessure à refermer dans le coeur d’Amqui.