Des abris à vélos sous l’eau à Amsterdam

Les Amstellodamois ont déjà accès au premier abri sous l’eau près de l’entrée principale de la gare, offrant 6300 emplacements et 700 vélos en libre-service.

Amsterdam a inauguré la semaine dernière un premier abri à vélo creusé sous l’eau, près de la gare centrale, afin de désengorger les abris de surface traditionnellement surchargés.


«Aux Pays-Bas, nous avons beaucoup de connaissances et d’expertise en matière d’eau», permettant même de construire sous l’eau, a déclaré la secrétaire d’État néerlandaise de l’Infrastructure Vivianne Heijnen.

«Cela permet une utilisation optimale de l’espace que vous avez dans un petit pays», a-t-elle souligné lors de l’inauguration du premier abri.

Avec près de 11 000 emplacements, deux abris représenteront ensemble le «plus grand abri à vélos de la ville», selon la municipalité, ce qui permettra également de retirer des trottoirs des supports pour vélos souvent surchargés.

«Nous voulons garder la gare accessible et l’espace public accessible et attractif», a déclaré la municipalité dans un communiqué.

Les Amstellodamois ont déjà accès au premier abri sous l’eau près de l’entrée principale de la gare, offrant 6300 emplacements et 700 vélos en libre-service.

Des tapis roulants emmèneront les utilisateurs neuf mètres sous le niveau du sol, explique le bureau d’architecte Wurck, chargé du projet.

«Lisse et léger»

Wurck décrit l’intérieur de l’abri comme «un monde lisse et léger, avec un sol coulé enduit et un plafond blanc sans couture», un contraste évoquant, selon le bureau, une huître.

Le deuxième abri, sous le fleuve IJ et dont le design reflète ses courbes, sera accessible dès le 14 février et comptera 4000 emplacements.

«Maintenant vous savez que lorsque vous venez à la gare centrale, vous pourrez immédiatement garer votre vélo», a déclaré Melanie van der Horst, adjointe au maire en charge des transports.

Trente pour cent des voyageurs des Chemins de fer néerlandais viennent à vélo à la gare, souligne pour sa part Wouter Koolmees, directeur de l’organisation publique.