Audrey Savard, athlète engagée et multisports

Audrey Savard au club de soccer.

Atau 5 mars 2023.hlète et bénévole dans plus de dix organismes, Audrey Savard est une femme avec une vie bien remplie. Revanche contre son passé, elle participera aux J.O. spéciaux en curling au Saguenay du 2023


Amandine Rossato - Ce texte est produit par les étudiants en ATM – Journalisme du Cégep de Jonquière

Audrey Savard est née et a grandi au Saguenay. À 18 mois, elle a eu ses premiers problèmes de santé. « Je me suis étouffée avec un bonbon et j’ai manqué d’air trop longtemps. Ça m’a créé une déficience intellectuelle légère », explique-t-elle.

Elle est ensuite allée dans une classe spécialisée. Mais pour Audrey, « le primaire était dur. On vidait mon sac. On me mettait des choses dans les cheveux. On m’a même menacée de mort avec un couteau une fois. J’étais écœurée, mais je ne pouvais rien faire ».

Les violences ont continué dans sa vie adulte, « en ville, on me traitait de grosse ou de requin ». Elle s’est alors repliée sur elle-même, restant enfermée chez elle. « J’étais sédentaire, je ne faisais pas attention à ce que je mangeais. Je ne bougeais pas et restais devant ma télé. »

La situation a duré jusqu’à ses 29 ans, lorsqu’en février 2014, un athlète des J.O. spéciaux l’a approchée pour jouer aux quilles. Au début, « j’étais réticente, mais j’ai beaucoup aimé ». Elle a participé à la compétition dans ce sport.

Aujourd’hui, elle pratique les quilles, le curling, le soccer et même de l’athlétisme. Audrey a participé deux fois aux jeux d’été et deux fois aux jeux d’hiver. Du 2 au 5 mars 2023, sa cinquième participation aura lieu en curling.

En plus de ses entraînements, l’athlète est bénévole dans plus de dix organismes comme le conseil d’administration des J.O. spéciaux ou HEMA Québec. « Ma mère m’a appris à donner sans compter. »

La femme de 37 ans a revu certaines personnes de son enfance, « quelques-uns se sont excusés et je leur pardonne. J’essaie de ne pas penser aux autres, de les tasser. Il faut laisser aller. »

En mars, Audrey Savard va essayer d’obtenir sa dixième médaille olympique. Elle en a déjà obtenu une aux jeux d’hiver 2015, trois aux jeux d’été 2017, une aux jeux nationaux 2018, une aux jeux d’hiver 2019 et trois aux jeux d’été 2022.

Ce qu’elle aime tout particulièrement dans les olympiques spéciaux c’est « l’esprit compétitif. Mais aussi qu’on s’encourage tous, même si on est adversaire. Cette année, j’ai la chance, l’honneur, de participer. Et j’espère gagner ! »

Audrey Savard en déplacement grâce à un véhicule de transport spécialisé.