Le Quotidien
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
La semaine dernière, la conseillère municipale Pascale Albernhe-Lahaie dénonçait ce qu’elle qualifiait de propos «violents, misogynes et racistes», tenus lors des réunions à huis clos. Une enquête de la Commission municipale doit faire la lumière sur cette affaire.
La semaine dernière, la conseillère municipale Pascale Albernhe-Lahaie dénonçait ce qu’elle qualifiait de propos «violents, misogynes et racistes», tenus lors des réunions à huis clos. Une enquête de la Commission municipale doit faire la lumière sur cette affaire.

Violence et manque de civisme, gangrène de la politique

CHRONIQUE  |  L’ambiance de travail difficile au conseil municipal de Trois-Rivières, qui est actuellement dénoncée par la conseillère municipale trifluvienne Pascale Albernhe-Lahaie, est loin d’être un épiphénomène. Une recherche menée par la chercheuse Mireille Lalancette de l’UQTR démontre que nombre d’élus municipaux au Québec subissent du harcèlement direct ou indirect autant de la part des citoyens que de collègues de travail. Une situation qui préoccupe grandement, et qui a même mené la chercheuse à émettre plusieurs recommandations... dont celle de permettre une plus grande transparence des réunions des conseils municipaux, en proposant ce qui fait actuellement l’objet d’un débat à l’hôtel de ville, soit la levée des huis clos systématiques.