Le Quotidien
Julien Renaud
Le Quotidien
Julien Renaud

Vivre et presque mourir au bout du fil

CHRONIQUE / Des heures et des heures au téléphone, ça ne me fait pas peur. Parler à Grand-Mère tout le trajet de Chicoutimi à Repentigny, pour mieux aller lui jaser en vrai à mon arrivée, pourquoi pas ? Rester sur la ligne avec une amie du retour des classes jusqu’au coucher, il n’y a rien de pénible là. Non ?
Pour consulter l’article complet, connectez-vous.
Abonnez-vous pour un accès illimité à tous nos contenus.
Je veux m’abonner!