Le Quotidien
Chaque jour, la communauté juive d'Odessa organise des autocars pour transporter des réfugiés — juifs et non juifs — de l'autre côté des frontières. Plus de 3,2 millions d'Ukrainiens et d'Ukrainiennes ont fui leur pays depuis le début de l'invasion russe il y a trois semaines.
Chaque jour, la communauté juive d'Odessa organise des autocars pour transporter des réfugiés — juifs et non juifs — de l'autre côté des frontières. Plus de 3,2 millions d'Ukrainiens et d'Ukrainiennes ont fui leur pays depuis le début de l'invasion russe il y a trois semaines.

Nella fuit Odessa

Frédérick Lavoie
Frédérick Lavoie
Envoyé spécial en Ukraine
CHRONIQUE / Nous sommes en septembre 1941. Nella a quatre ans. Elle fuit Odessa avec sa mère, ses grands-parents, sa tante et son cousin. L’armée allemande est sur le point d’entrer dans la ville. Sur la route près de Mykolaïv, un avion ennemi fonce vers eux et se met à mitrailler. Un soldat soviétique qui les accompagne pousse Nella au sol dans un champ de maïs. Il la protège avec son corps le temps de l’attaque. Il l’étreint si fort que ses insignes militaires s’enfoncent en elle et lui font mal.