Le Quotidien
Louise-Amada D. ne se croyait pas capable de produire un roman. C’est pourtant la forme qu’épouse son premier livre, <em>Au temps sublime</em>, publié à La Peuplade.
Louise-Amada D. ne se croyait pas capable de produire un roman. C’est pourtant la forme qu’épouse son premier livre, <em>Au temps sublime</em>, publié à La Peuplade.

Au temps sublime: le roman qui s’est greffé à «la partie du milieu»

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
Il est bien mystérieux, le roman Au temps sublime. Publié récemment par La Peuplade, le texte enfoui sous une jolie couverture est attribué à un pseudonyme : Louise-Amada D.. Épousant la forme d’un journal, il met en scène une femme tentant de se reconstruire à la suite d’une rupture. De retour à Montréal après avoir tenté, en vain, de poursuivre ses études en Europe, elle se revoit avec lui sur telle rue, dans tel établissement. Une obsession qui, à l’évidence, menace de lui faire perdre la raison.