Le Quotidien
Mélikah Abdelmoumen aborde le thème de l’identité sous plusieurs angles, dans le livre <em>Baldwin, Styron et moi</em>. Elle fait notamment ressortir ses racines saguenéennes, qui sont également celles de sa mère.
Mélikah Abdelmoumen aborde le thème de l’identité sous plusieurs angles, dans le livre <em>Baldwin, Styron et moi</em>. Elle fait notamment ressortir ses racines saguenéennes, qui sont également celles de sa mère.

La question de l’identité vue par Mélikah Abdelmoumen

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
Peut-on définir une personne à partir de la couleur de sa peau, ou de son nom de famille, alors qu’on ne connaît rien de son parcours, de la société qui l’a façonnée, ni de la culture à laquelle elle s’identifie ? Les gens raisonnables diront que la réponse est non, mais puisque nous ne vivons pas à une époque raisonnable, ça prend une femme comme Mélikah Abdelmoumen pour remettre les pendules à l’heure. C’est ce qu’elle accomplit dans son plus récent livre, un essai autobiographique intitulé Baldwin, Styron et moi.