Le Quotidien
Les proches d’un homme de Senneterre, décédé lundi matin dans l’ascenseur devant l’amener au bloc opératoire de l’Hôpital d’Amos, croient qu’il est devenu la première victime de la rupture de service en santé dans la petite municipalité d’Abitibi-Témiscamingue.
Les proches d’un homme de Senneterre, décédé lundi matin dans l’ascenseur devant l’amener au bloc opératoire de l’Hôpital d’Amos, croient qu’il est devenu la première victime de la rupture de service en santé dans la petite municipalité d’Abitibi-Témiscamingue.

Une première victime de la rupture de service en santé?

Ugo Giguère
La Presse Canadienne
Les proches d’un homme de Senneterre, décédé lundi matin dans l’ascenseur devant l’amener au bloc opératoire de l’Hôpital d’Amos, croient qu’il est devenu la première victime de la rupture de service en santé dans la petite municipalité d’Abitibi-Témiscamingue.