Le Quotidien
Cet été, grâce à la vaccination, on a pu se déconfiner de plus en plus. Et surtout, on a pu profiter du beau temps avec une certaine liberté, une allégresse qu’on n’a pas connue depuis longtemps.
Cet été, grâce à la vaccination, on a pu se déconfiner de plus en plus. Et surtout, on a pu profiter du beau temps avec une certaine liberté, une allégresse qu’on n’a pas connue depuis longtemps.

Nostalgie et espoir

Georgia Vrakas, Ph. D., psychologue et ps.éd.
Professeure agrégée, Département de psychoéducation UQTR, campus de Québec
CHRONIQUE / Les vacances tirent à leur fin pour la majorité de nous. Même avec les quelques journées très chaudes et humides qui nous restent, on le sent dans l’air, cette odeur de la fin de quelque chose de beau, d’éphémère, de nostalgique. Pour moi, c’est l’odeur du gazon humide du matin, des nuits fraîches du mois d’août et de l’asphalte fraîchement posé qui n’attend que l’achalandage de la rentrée. En fermant les yeux, je la sens et je suis inévitablement transportée dans mon enfance, au retour à l’école. C’est la fin de l’été qui s’amorce tranquillement.