Le Quotidien
Gilles Archambault aborde plusieurs thèmes dans son nouveau récit intitulé Il se fait tard. La vie conjugale et le vieillissement lui inspirent des pages éloquentes où filtre une douce ironie.
Gilles Archambault aborde plusieurs thèmes dans son nouveau récit intitulé Il se fait tard. La vie conjugale et le vieillissement lui inspirent des pages éloquentes où filtre une douce ironie.

Gilles Archambault à l’heure des bilans

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
Déjà, le titre laisse filtrer la douce ironie qui caractérise Gilles Archambault. Il se fait tard coule de source, en effet, lorsque l’auteur est né en 1933 et qu’il a des dizaines de livres au compteur. Publié chez Boréal, ce texte d’une centaine de pages a aussi le mérite d’ouvrir une fenêtre sur le grand âge qui ne soit ni misérabiliste ni triomphante. Le regard est celui d’un homme qui sait que la longévité peut constituer un cadeau empoisonné, mais qui refuse de capituler avant le temps.