Le Quotidien
Mireille Gagné souhaitait évoquer le phénomène du workaholisme dans son premier roman, <em>Le lièvre d’Amérique</em>. Elle y raconte l’histoire d’une femme qui est aux prises avec ce mal, tout en confrontant sa vie à Montréal à son adolescence à L’Isle-aux-Grues.
Mireille Gagné souhaitait évoquer le phénomène du workaholisme dans son premier roman, <em>Le lièvre d’Amérique</em>. Elle y raconte l’histoire d’une femme qui est aux prises avec ce mal, tout en confrontant sa vie à Montréal à son adolescence à L’Isle-aux-Grues.

Mireille Gagné et son roman salvateur

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
Diane vit dans un condo à Montréal. Elle travaille plus que ses collègues, à l’exception d’une femme qui, du seul fait de son rendement, lui apparaît comme une rivale. La solution à ce problème prend la forme d’une intervention médicale un brin mystérieuse, pour ne pas dire illicite. Modifier son corps pour devenir encore plus efficace, pour se mouler aussi étroitement que possible aux besoins – réels ou inventés – de son employeur. Telle est la trame du roman Le lièvre d’Amérique.