Le Quotidien
Des caméras thermiques permettent d’identifier les zones de refuges thermiques bénéfiques aux saumons.
Des caméras thermiques permettent d’identifier les zones de refuges thermiques bénéfiques aux saumons.

Les refuges thermiques de la rivière Sainte-Marguerite scrutés à la loupe

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Le Quotidien
En cette période de canicules et de réchauffement général de la planète, des chercheurs de l’Institut national de recherche scientifique (INRS) sont à l’oeuvre encore cette année sur les rives de la rivière Sainte-Marguerite, près de Sacré-Cœur, afin d’étudier en détail les refuges thermiques, des zones où la rivière est plus froide et de ce fait, plus favorable à la présence du saumon et de la truite. Au cours des derniers jours, Le Quotidien a réalisé des entrevues avec Jasmin Raymond, hydrogéologue, et André St-Hilaire, hydrologue, tous deux rattachés à l’INRS dans le cadre du projet Miranor.