Le Quotidien
Me Jean Petit, qui représente Robert Perron, sait que la preuve contre son client est accablante. Il voit néanmoins en ce dossier une occasion unique, voire inespérée, de contester les modifications apportées au Code criminel en 2008 par le gouvernement conservateur.
Me Jean Petit, qui représente Robert Perron, sait que la preuve contre son client est accablante. Il voit néanmoins en ce dossier une occasion unique, voire inespérée, de contester les modifications apportées au Code criminel en 2008 par le gouvernement conservateur.

Me Petit veut rouvrir le débat

Marc St-Hilaire
Marc St-Hilaire
Le Quotidien
Me Jean Petit entend rouvrir le débat constitutionnel entourant l'âge de consentement en matière de relations sexuelles. Il se dit prêt à porter l'affaire jusqu'en Cour suprême s'il le faut.