Le Quotidien
Saguenay a pris l'habitude d'acheter des immeubles obsolètes pour des fins de revente. Sans cette pratique nécessitant d'importants investissements, le maire Jean Tremblay croit que des projets comme Les terrasses Sainte-Anne, lequel verra bientôt le jour sur le site de l'ancien garage Paco, ne pourraient être réalisés.
Saguenay a pris l'habitude d'acheter des immeubles obsolètes pour des fins de revente. Sans cette pratique nécessitant d'importants investissements, le maire Jean Tremblay croit que des projets comme Les terrasses Sainte-Anne, lequel verra bientôt le jour sur le site de l'ancien garage Paco, ne pourraient être réalisés.

Nécessaire, croit Jean Tremblay

Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien
Depuis deux ans, Saguenay a mis la main sur plusieurs immeubles obsolètes situés sur le périmètre de la ville, pour ensuite les revendre à des tiers. Cette pratique nécessite l'injection de fonds importants pour la réhabilitation des terrains, mais le maire Jean Tremblay croit qu'il s'agit là d'investissements nécessaires au développement économique de la capitale régionale.