Le Quotidien
Parallèlement à sa volonté de réaliser le projet Mistouk sur le Lac, le directeur général de Coderr, Gérald Tremblay, suggère qu'on rebaptise la rivière Grande-Décharge. «Pourquoi pas le lac Mistouk?», lance-t-il, référant ainsi à l'origine amérindienne de ce terme identifiant le secteur de Saint-Coeur-de-Marie.
Parallèlement à sa volonté de réaliser le projet Mistouk sur le Lac, le directeur général de Coderr, Gérald Tremblay, suggère qu'on rebaptise la rivière Grande-Décharge. «Pourquoi pas le lac Mistouk?», lance-t-il, référant ainsi à l'origine amérindienne de ce terme identifiant le secteur de Saint-Coeur-de-Marie.

Mistouk sur le Lac: un projet toujours vivant

Marc St-Hilaire
Marc St-Hilaire
Le Quotidien
Le projet Mistouk sur le Lac n'est pas mort. Dans son édition du 10 février dernier, l'hebdomadaire Progrès-Dimanche révélait que, faute d'être en mesure de compléter son montage financier, le Groupe Coderr devait abandonner le projet après trois années de travail. L'entreprise d'économie sociale avait pourtant réussi à amasser 80 % des quelque 7 millions de dollars que nécessitera la réalisation de Mistouk sur le Lac, un complexe écotouristique de grande envergure. En refusant de garantir un prêt de 1,5 million de dollars, le gouvernement fédéral avait ainsi mis un frein à l'aventure.